jeudi, 18 octobre 2012

Happy Birthday to youuuuuuuuuuuuuuuuuuu, Happy birthday to youuuuuuuuu... en avance... Happy Birthay to you.. Krach..

 

 

 

18102012.png

 

 

 

 

 

 

 

L'Europe s'est encore offerte une bonne journée. La raison ? Je crois que l'on ne peut pas coller ça sur le dos du sommet européen qui commence ce jeudi, parce que ceux qui attendent des surprises et des déclarations miracles pour sauver le monde risquent bien d'en être pour leurs frais. En revanche, pour une fois il serait éventuellement possible que l'on remercie les agences de notations. En effet, hier Moody's a décidé de « laisser » l'Espagne là où elle se trouve en terme de rating. En gros ; juste en-dessus du rating de « junk bonds » ou obligation pourrie en français du coin. On ne va pas dire que c'est une « bonne nouvelle », mais vu l'ambiance au sujet de l'Espagne (surtout depuis qu'ils ont fait match nul contre la France), on sait se contenter de peu. Il faut aussi signaler que Moody's a conservé le rating là où il était, soit Baa3, mais ils ont tout de même réduit leurs « prévisions » à négatif.

 

 

 

Mais peu importe, en ces moments d'austérité, on sait se contenter de peu. La « bonne nouvelle » aura donc suffit à restaurer la confiance, comme l'écrivaient certains journaux et autres médias populaires. Le rendement de la dette espagnole se cassait donc la figure et tout le monde était content comme quoi l'austérité, ça a du bon et ça rend les investisseurs moins gourmands.

 

 

 

Cette annonce a donné un gros coup de fouet aux économies les plus malades d'Europe et à leur place boursière par la même occasion. L'Italie et l'Espagne étaient donc plus à la fête que leurs camarades français ou germaniques, sachant qu'hier il valait mieux montrer que l'on n'était pas mort, puisque le fait de fonctionner « à peu près normalement », ne suffit plus pour faire vibrer les intervenants – en tous les cas hier, mais on peut leur faire confiance pour tourner la veste à la première occasion. Sans compter qu'hier on a certainement aussi du se motiver avec la rumeur persistante comme quoi l'Espagne « va finalement demander de l'aide à l'Europe !!! Debleuuuuuuuu, ou bien ??? mais qu'est-ce qu'ils foutent ?????...

 

 

 

Une fois que nous eûmes digérer ces excellentes annonces sur l'Espagne et que nous furent convaincu du fait que tout allait bien que dorénavant tout irait mieux, voir de mieux en mieux, on a pu se concentrer sur les quelques nouvelles concernant les titres individuels. C'est un signe de confiance générale, car lorsque l'on a le temps de s'intéresser à autre chose que les problèmes récurrents de l'économie européenne (ou ce qu'il en reste), c'est que l'on a vraiment confiance. Ça doit peut-être être dû au fait que François Hollande a déclaré que nous étions proche d'une « sortie de crise ». Il n'invente rien, c'est Valérie Trierweiler qui l'a écrit dans un article et quand un journaliste économique de Paris-Match, dit un truc, c'est que ça doit être vrai. Bref, après la déclaration de François Hollande quand l'opinion publique eut fini de se rouler par terre de rire, le marché s'est offert une pause et a finalement tout de même lu les news de la presse, plus loin que la page « géopolitique et sauvetage de l'Europe ».

 

 

 

Dans ces pages, on y apprenait que l'eau ça mouille, que Danone sentait passer le la lame de la guillotine durant ce trimestre difficile, leurs ventes s'en ressentent en Europe et le titre sentait bien passer la chose également en plongeant de 3%. Puis ASML, le fabricant d'équipement pour fabriquer des semi-conducteurs fait son shopping en achetant hier l'américain Cymer. Dans la foulée la société a annoncé des chiffres pas terroches pour le trimestre et une guidance qui ferait peur à un dépressif et le titre glissait de 6%, tout d'abord pour le trimestre, mais aussi pour la dépense qui, par principe n'a pas encore rapporté le moindre centime. En revanche chez Cymer aux USA, on est au champagne, puisque le titre terminait en hausse de 50% à 71.45$. L'achat est évalué à 2.5 milliards, le tout en échange d'actions et en cash.

 

 

 

Et puis on notera aussi que le Crédit Agricole est enfin parvenu à s'échapper de Grèce. La banque français est parvenue à vendre sa filiale Emporiki à Alpha Bank pour la somme faramineuse de 1 euro. Ce qui représente tout de même 1 dollar et 30 cents. La perte comptabilisée pour cet investissement mythique sera de 2 milliards pour le troisième trimestre. Le titre a perdu 3%, mais ils ne sont plus en Grèce. On se demande ce qui est le plus important.

 

Alors que l'Europe surfait sur une vague de calme et de soulagement après que l'Espagne eut été définitivement sauvée par les demi-dieux de chez Moody's. A ce stade, je tiens à préciser que j'ironise à ce sujet afin qu'il n'y ait pas de mauvaises interprétations. Mais il faut reconnaître que la nouvelle fût accueillie avec un soulagement certain, un peu comme si l'agence de rating avait annoncé que l'Europe était sauvée par une injection massive de cash faite par eux-même, sauveur de l'humanité tout entière. Donc pendant que l'Europe profitait de sa journée au SPA, à se faire masser et à entendre de tous les côté qu'elle était belle et qu'elle ne faisait pas son âge et patati et patata. Le marché américain a ouvert.

 

 

 

Et la première chose que nous puissions constater à ce sujet est le fait que les intervenants qui se concentrent plus sur le Wall Street que sur la bourse espagnole, se sont habitués aux chiffres de l'immobiliers qui ne cessent d'être bons et de confirmer une reprise de ce secteur. Il faut dire qu'au début on y a prêté une grosse importance et depuis quelques semaines on les regarde avec méfiance, se demandant si c'est du lard ou du cochon ou si vraiment il se passe quelque chose. Voyez plutôt, hier les Housing Starts on été annoncés. Consensus des économistes, analystes et autres joueurs compulsifs de Las Vegas : une hausse de 2.7% au mois de septembre. Chiffre officiel annoncé hier : +15%, soit une différence de 12.3% à la hausse. Bilan, les nouveaux projets immobiliers explosent complètement et les « experts » ne savent visiblement plus utiliser un calculatrice électronique ou encore moins un boulier. Ou alors la construction du nouveau World Trade Center a été intégrée dans les chiffres sans rien dire à personne et comme c'est une sacré morceau, allez savoir. Ou bien, dernière possibilité, ils ont également intégré le nombre de chantiers dans les rues de Genève et forcément, ça fait casser la moyenne. Mais cette dernière hypothèse est peu probable.

 

 

 

Toujours est-il que le chiffres et énorme. Et toujours est-il encore, que tout le monde s'en tape comme de sa première hypothèque. Il est vrai que selon Lee Adler, expert de Wall Street (inconnu pour moi, mais vu qu'il est dans le journal d'hier, il doit savoir ce qu'il dit, c'est comme Valérie Rottweiler), donc selon mon ami Lee, il faut prendre ce chiffre avec des pincettes et avec parcimonie tout en marchant sur des oeufs, puisque les « nouveaux chantiers » croissent plus vite que les nouvelles ventes de maisons. Ce qui tendrait à signifier que l'offre est en train de dépasser la demande. Les chiffres des « new homes sales » de la semaine prochaine seront capitaux pour bien analyser le marché, car il est vrai qu'il ne suffit pas de lancer un projet immobilier pour qu'il soit vendu, enfin, sauf à Genève.

 

 

 

Tout ça pour dire que le marché s'est à peine intéressé aux chiffres économiques et immobilier par la même occasion. En revanche il s'est attaché de près aux chiffres d'IBM et d'Intel, sortis la veille. Intel avait fait un profit warning il y a quelques semaines, il fallait donc tout recalculer, si en terme d'EPS ils ont battus les attentes du marché, quand on décortique le bilan, il semblerait que ça confirme leur annonce de septembre la trimestres vont être difficiles. Le titre perdait 2.5% et était responsable du fait que le Dow Jones ne parvenait pas à fêter la « bonne nouvelle espagnole ». Partiellement responsable, puisque l'autre titre qui a condamné l'indice à ne rien faire hier n'était autre qu'IBM, le fabricant d'ordinateurs qui jouent aux échecs a publié des chiffres parfaitement en ligne avec les attentes et ceci à tous les points de vue et ils ont donné une « guidance » parfaitement neutre, tellement neutre que l'on aurait un communiqué de presse du Conseil Fédéral. Pourtant il semblerait qu'en ce moment la « neutralité des guidances » ne paie pas. Il faut être bull pour supporter les bulls, en gros vous publiez des annonces euphoriques, limite sous amphétamines ou avec le mêmes produit qu'Armstrong, ou vous êtes contre eux. Hier ce n'était pas assez délirant et la sanction ne s'est pas faire attendre : - 4.91%. Les « tristes nouvelles » annoncées ces derniers jours pas IBM et Intel, a fait d'autres victimes, puisque tout le secteur techno était sous pression, que ce du hardware ou du software. Dell en baisse, Oracle qui baisse de 2% et EMC en recul de 2.7%.

 

 

 

Image2-1.aspx.jpeg

 

 

 

Le secteur internet était bien recherché sans plus de raison, mais si vous vous appeliez Facebook, Amazon ou encore Google, votre journée aura été plutôt bonne. Notons encore les bons chiffres de Cree Inc, qui bondissait de 10.4% et démontrait que tout n'était pas pourri dans le monde des semi-conducteurs, en revanche Check Point Software décevaient de leur côté et la sanction était immédiate avec une chute dans les sondages de 13%.

 

 

 

L'or se reprend timidement. Les experts en la matière estiment que maintenant nous sommes dans une phase de consolidation et c'est positif. Le métal jaune regroupe ses forces pour bondir tel un lémurien en direction des records historiques d'ici que le Père Noël se pointe dans nos cheminées. C'est en tous les cas le « plan » de l'analyste de chez HSBC qui parie sur un prix de 1'900 d'ici la fin de l'année. C'est moins sexy que les 2'000 annoncés depuis des mois (sans parler des autres objectifs stratosphériques qui rendraient Baumgartner fou de jalousie), mais c'est mieux que rien. Hier l'or remontait car le soulagement qui planait sur l'Espagne faisait remonter l'euro et baisser le dollar. Je ne vous fais donc pas un dessin.. Ce matin le métal jaune est à 1750$.

 

 

 

La théorie du dollar exprimée ci-dessus s'applique également sur le baril. Le fait que les Syriens n'arrêtent pas de se rater avec leurs bombardements et touchent régulièrement la Turquie, ne stress plus personne. Les inventaires étaient en hausse de 2.9 millions de barils contre 1.5 millions attendus, mais le différentiel ne faisait ni chaud, ni froid au marché. On sent un intérêt sur le sujet qui est proche de zéro. Le baril est à 92$ et des poussières ce matin.

 

 

 

Dow Jones 13,557.00 +5.22 +0.04%

 

S&P 500 1,460.91 +5.99 +0.41%

 

NASDAQ 3,104.12 +2.95 +0.10%

 

 

 

STOXX 50 2,569.83 +21.93 +0.86%

 

FTSE 100 5,910.91 +40.37 +0.69%

 

CAC 40 3,528.02 +26.56 +0.76%

 

DAX 7,394.55 +18.28 +0.25%

 

IBEX 35 8,128.20 +188.00 +2.37%

 

FTSE MIB 16,233.84 +248.68 +1.56%

 

AEX-Index 335.69 +1.98 +0.59%

 

OMX 30 Index 1,075.50 +2.64 +0.25%

 

SMI 6,786.40 +12.38 +0.18%

 

 

 

Nikkei 225 8,954.02 +147.47 +1.67%

 

Hong Kong 21,547.35 +130.71 +0.61%

 

S&P/ASX 200 4,575.80 +44.69 +0.99%

 

CSI 300 Index 2,327.43 +26.63 +1.16%

 

 

 

Ce matin nous sommes déjà concentrés sur la Chine. Les chiffres du GDP démontrent que la Chine a pas mal ralenti cet été, marquant probablement (peut-être) un point bas dans leur croissance quasi-permanent de 15 trimestres consécutifs. Bien que la croissance du GDP soit de 7.4% pour le moment, les indices que l'on peut collecter ici et là, laisse penser certains expert que le dernier trimestre pourrait nous voir remonter au-dessus des 8% de croissance, croissance que plein de pays européens tueraient pour avoir, même la moitié. Ce positivisme ambiant aidait bien les secteurs liés aux commodities et aux métaux puisque c'est là que l'on s'attend à voir les premier impacts immédiats de la politique de relance mise en place par le gouvernement chinois.

 

 

 

Image2.aspx.jpeg

 

 

 

Pour ce qui est des nouvelles du jour, nous allons d'abord commencer par les chiffres trimestriels publiés hier soir après la clôture. Ebay a publié des chiffres meilleurs que les attentes, mais une guidance prudente pour les mois à venir, paf, en baisse de 5%. American Express a publié des chiffres que l'on qualifiera de « ok », mais néanmoins un poil sous le consensus, paf, en recul de 1%. Mais c'est après que ça se gâte. Align Technology qui fait des systèmes de bagues pour aligner les dents a raté son trimestre. Oh, pas de grand-chose, quelque chose comme 4 millions en-dessous sur les revenus, et un cent plus bas sur les EPS, mais on n'a pas aimé. Le titre s'était déjà planté durant la séance (-7%, certainement des gens qui ne savaient rien et qui ont agît purement instinctivement) et après clôture et après annonce, le titre se crashait en flamme de 20% de plus.

 

 

 

Même punition chez Mellanox qui bosse dans le domaine du stockage. Chiffres en-dessous des attentes, paf le titre. En apnée de 22%. Xilinx a également annoncé des chiffres plus faible, des ventes en recul, mais ça allait mieux on se sentait pas trop inquiet, puisque le titre ne reculait quasiment pas.

 

 

 

Dans les chiffres à venir aujourd'hui, il y aura du beau monde, Morgan Stanley, Nokia (toujours spectaculaire en Europe), BlackStone, Philip Morris, Travelers, Verizon (important car nous aurons une idées du niveau des ventes d'iPhone5), puis ce soir ça sera Microsoft, AMD , SanDisk, et Chipolte (important car très populaire en ce moment parmi les « stock pickers »).

 

 

 

Rosneft est sur le point de racheter la participation de BP dans TNK-BP. BP devrait recevoir une offre de 28 milliards dans la matinée. Moi je me réjouis d'avoir une offre comme ça un matin... Le FBI a arrêté un terroriste du Bangaldesh mais qui appartiendrait à Hal Kaïda, ce dernier s'apprêtait à faire sauter le bâtiment de la Réserve Fédérale à New York avec une voiture bourrée de 450 kilos d'explosifs fournis par un agent undecorver du FBI qui lui a fourgué des trucs tout pourri.. Résultat, un nouveau scénario pour Hollywood et un succès pour le FBI. Et la Réserve Fédérale est toujours debout.

 

 

 

On se tire dans les pattes entre agences de rating. Déjà qu'ils sont mauvais individuellement, aujourd'hui ils commencent à se tirer dessus mutuellement. C'est une bonne nouvelle. C'est un peu comme la guerre des gangs, quand ils auront fini de se tirer dessus, on sera tranquille. Pour le moment c'est Moody's qui critique la manière dont S&P a évalué une structure de CMBS (Commercial Mortgage Backed Securities, une daube à la subprime) et lui a collé un triple A. Moody's estime que la structure telle qu'elle est ne mérite pas un triple A. Et paf, prends ça dans les dents. On se réjouit de la réponse du berger à la bergère. Le CMBS en question se nomme « Isobel Finance ».

 

 

 

Et pour terminer, il y a une chose hyper-importante qui va se passer demain ; c'est l'anniversaire du Krach boursier de 1987. Il y a 25 ans, le 19 octobre 1987 le Dow Jones plongeait de 508 points, soit 22%. Moi je venais d'arriver dans une banque et je ne pouvais pas imaginer qu'un banquier puisse être aussi stressé.. encore moins un client... Aujourd'hui si cela se produisait demain (ce qui est peu probable...).. (enfin, quoique)... le marché abandonnerait plus de 3'000 points sur le Dow Jones. Je vous laisse imaginer l'ambiance ce week-end. Mais c'est l'occasion pour en parler et en reparler et publier des articles qui estiment que ça peut ou ne peut pas se reproduire. Il y a un mathématicien de génie qui a découvert qu'une correction sur un jour telle que celle de 1987 est OBLIGEE DE SE REPRODUIRE au moins une fois tous les 104 ans. En gros, on va s'en reprendre une dans les 75 ans à venir à la louche. Vous je ne sais pas, mais personnellement les marchés m'ont déjà fait vieillir de 10 ans de trop en 25 ans, alors si le prochain krach pouvait arriver en 2085, je vous en serais gré.

 

 

 

Voici quelques liens pour vous documenter sur le sujet des krachs, toujours très utiles pour briller en société lors des réceptions de Monsieur l'Ambassadeur.... Ou simplement lors d'un afterwork improvisé avec un gros manager de la banque ou vous travaillez..

 

 

 

http://www.marketwatch.com/story/another-stock-crash-like...

 

 

 

http://www.marketwatch.com/story/10-greatest-market-crash...

 

 

 

530796_10151223993383128_2082224948_n.jpg

 

 

 

Côté chiffres économiques, nous aurons les Jobless Claims, toujours excellents en période électorale. Le Bloomberg Consumer Comfort Index, le Philly Fed, les Leading Indicators, les chiffres du gaz, le Fed Balance Sheet et le Money Supply. Pour le moment les futures sont inchangés. Rarement vus si immobiles tôt le matin comme ça...

 

 

 

Que votre petit-déjeuner soit bien équilibré car il paraît que c'est le plus important de la journée, même si pour moi le plus important c'est d'aller dormir. Moi je vous retrouve demain pour un Morningbull Spécial Krach boursier avec plein de mauvaises nouvelles et plein de banquiers qui sautent depuis la fenêtre, vu qu ça va avec les krach boursiers.

 

 

 

En attendant, je vous souhaite une excellent journée, avec le sourire et on se retrouve demain à la même heure.

Vous pouvez également me retrouver sur : www.morningbull.ch

 

 

 

Morningbull

 

 

 

"There were a couple of really funny jokes during the debate. Like when Paul Ryan referred to the Saudis as our allies, and the way Biden kept referring to Ryan as 'my friend.'" –Jay Leno

 

 

 

Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :

 

 

 

morningbull@morningbull.ch

 

 

 

Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j'essaye de garder la page active durant la journée) : https://www.facebook.com/morningbull

 

 

 

Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll

 

 

 

Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet

 

 

 

 

 

07:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.