mardi, 16 octobre 2012

À la recherche d'une certaine excitation perdue

1212121212.png

 

 

 

 

 

 

 

Peu importe la direction que nous prenons durant les séances, ces derniers jours sont (semble-t-il) extrêmement ennuyants, je ne sais pas ce qui se passe, mais il y a comme un malaise dans les marchés boursiers. La confiance n'est pas là et personne ne sait quoi faire ni où aller (c'est le sentiment que tout cela donne). On regarde les nouvelles, on les mâches, on les pré-digères et après on ne sait plus trop quoi en faire et de toute façon, on est déjà passé à autre chose et c'est trop tard. Bref, je ne sais pas ce qui se passe dans ce marché mais j'ai comme l'impression que l'intérêt est nul, que la passion a disparu et que l'on attend un évènement majeur pour que l'on recommence à faire de l'investissement et plus du trading pour les 8 prochaines minutes, mais pour être franc je ne sais pas trop ce que l'on attend.

 

 

 

Toutes les plus belles théories sont dans la nature. Les plus positives comme les scénarios catastrophes les plus improbables. Une chose est pratiquement certaine, il n'y a que peu de nuances, c'est soit le krach assuré, soit l'explosion du marché, il n'y a pas grand-chose entre-deux. En attendant, c'est fou ce que l'on s'ennuie. Hier j'étais assis devant mes écrans à me demander si ça n'était pas plus simple d'acheter un ranch et de devenir agriculteur ou viticulteur tellement l'impression immobilisme me tenaillait. Mais bon, je dois me tromper car hier il y avait tout de même un paquet de nouvelles qui faisaient bouger le marché dans une conviction fascinante.

 

 

 

Tout d'abord les chiffres économiques chinois qui étaient sortis durant le week-end laissaient espéré que « quelque chose » se passait du côté de Pékin. Les plus euphoriques se disaient que les plans de soutiens à l'économie chinoise commençaient à fonctionner. En effet, les importations chinoises sont reparties en direction de la croissance et surtout, surtout les exportations redémarraient de plus belle avec une croissance de 9.9%, bien plus élevée que les 5.5% attendus par la communauté affûtée des économistes. Cependant ces chiffres-là ne plaisaient que moyennement aux asiatiques qui ne parvenaient pas à se lâcher à leur annonce. La plupart des intervenants se montraient dubitatifs et laissaient entre qu'un impact lié à la saisonnalité pourrait éventuelle montrer une photo un peu plus rose que la dure réalité. Certains affirmaient même que l'arrivée de l'iPhone 5 pouvait avoir une incidence sur ces chiffres qui doivent être pris avec prudence.

 

 

 

L'Asie a donc commencé la semaine de manière peu enthousiaste. En revanche, alors que l'on pouvait craindre le pire pour l'Europe qui était toujours en phase de dépression, l'interprétation des chiffres chinois aura été bien différente. On les a pris tels qu'ils sont et ne nous sommes pas posé de question. Quand c'est bon, c'est bon et puis c'est tout. On a donc continué a acheter les banques, qui depuis quelques jours sont devenues à nouveau extrêmement populaires dans le monde des investisseurs, surtout depuis que les bancaires américaines ne cessent de battre les attentes lors de leurs publications trimestrielles. Le secteur semble à nouveau en odeur de sainteté, pourtant quand on entend ce qu'on entend à l'intérieur de certains établissements, et bien moi je vous le dit, on a bien raison de penser ce qu'on pense. Je m'abstiendrais de vous raconter tout ce que j'entends sinon ça va couiner au niveau de certains « top managements », mais bon. C'est la vie.

 

 

 

Néanmoins en ce moment, il y a deux secteurs qui sont populaires ; les banques et le secteur de la pharmaceutique. Que ce soit en Europe ou aux USA d'ailleurs. D'un côté on joue la performance du monde merveilleux de la finance et de la banque et de l'autre on joue les anti-dépresseurs pour tenir le coup. Ceci dit du côté de la pharma nous eûmes des bonnes nouvelles du côté de la FDA qui semble en pleine phase d'acceptation. Genentech a obtenu une approbation de leur part pour un médicaments contre l'arthrite et Eli-Lily a en a obtenu une pour un médicament contre les cancers de la zone gastrique.

 

 

 

Et puis, dans l'après-midi c'était le tour des chiffres économiques américains. Les Retails Sales étaient meilleurs que prévus, en hausse de 1.1%. Là aussi on se laisse dire dans les couloirs de Wall Street que c'est à cause des ventes d'iPhone 5. Décidément, il est partout cet iPhone 5 et même quand Apple baisse, il faut quand même que l'on trouve un moyen de parler de la société de Cupertino. C'est devenu le « usual suspect ». Et l'autre chiffe de l'Empire State Manufacturing a en revanche continué de se détérioré pour le troisième mois consécutif. Mais comme nous étions dans une « bonne journée » et qu'après notre 22ème pastille de vitamine C arrosée de jus d'orange, notre bonne humeur ne pouvait pas être entamée pas un chiffre économique pourri ; les investisseurs ont préféré voir le verre à moitié plein – plutôt que l'inverse. Nous avons donc pris le chiffre en question, comparé à celui du mois passé, constaté que ça baissait, oui, mais moins vite qu'avant. Et l'on s'est dit que ça ne pouvait donc pas être considéré comme une mauvaise nouvelle.

 

 

 

120279_600.jpg

 

 

 

L'Europe terminait donc en hausse, la conviction sur les banques étant encore renforcée par les chiffres immondes de Citigroup qui voyaient leur revenus chuter de 88%, mais qui battaient néanmoins les attentes de 10 cents par action et prenaient les analystes à contre-pied, quelle surprise. Je crois qu'en plus de 20 ans de salles de trading, je n'ai jamais vu d'analyste tomber juste sur les résultats trimestriels des bancaires. Comme quoi les cordonniers sont toujours les plus mals chaussés ou alors les bilans des banques frisent le délire psychotique.

 

 

 

Bref, la journée fût bonne. En tous les cas moins mauvaise que ces derniers jours. Peut-être que le krach annoncé par Roubini au travers du week-end et pour la 123ème fois en 5 ans n'aura pas lieu cette semaine après tout. Même si c'est la saison des krachs. Encore quelques semaines à tenir et nous serons dans la saison des « rallyes de fin d'année ».

 

 

 

Dans le domaine des commodities ; c'est tout de la faute au dollar. Encore.

 

 

 

Eh oui, ce pauvre billet vert va encore en prendre pour son grade. Hier les « bons chiffres économiques » ont déclenché un rallye sur le billet vert qui l'emportait sur l'euro. En effet, il semblerait que les investisseurs préfèrent parier sur une monnaie qui publie de bons chiffres économiques, plutôt que sur le prix Nobel de la Paix qui est définitivement donné à n'importe qui récemment. Si tout va bien, l'an prochain c'est Bachar El-Assad qui le reçoit, comme ça tout le monde est content. Plaisanteries misent à part, les bons chiffres économiques ont donc déclenché une hausse du dollar et quand le dollar monte, on le sait, les commodities n'aiment pas. Surtout du côté des ors. Noir et jaune. Les deux compères se sont effrités durant toute la séance, le tout dans une belle harmonie.

 

 

 

Les commentaires que l'on peut lire sur l'or sont assez amusants car depuis qu'il refuse obstinément de repasser la barre de 1800$, plus personne ne parle d'objectif pour la fin de l'année. Finalement les 2'000$ ne seront pas pour 2012. En tous les cas, hier le métal était à 1730$. Pour le moment il se reprend un peu (1737$), mais pas de quoi s'exciter.

 

 

 

120199_600.jpg

 

 

 

Sur l'or noir c'est la même chose. Pourtant alors que les turcs et les syriens s'interdisent de vol parmi, il y avait de quoi espérer une petite réaction positive, laissant espérer que les tensions au Moyen-Orient allaient empirer et que le prix du baril allait s'envoler. Mais en fait, RIEN. Le fait que le dollar monte stressait tout le petit monde des « commodities » et le pétrole ne parvenait pas à monter. La seule chose qu'il parvenait à faire hier, c'est rebondir depuis ses plus bas niveaux de la séance, à savoir juste en-dessous des 90$. Ce matin ça va un peu mieux, puisque le baril est à 91.66$ et en montée.

 

 

 

Dow Jones 13,424.23 +95.38 +0.72%

 

S&P 500 1,440.13 +11.54 +0.81%

 

NASDAQ 3,064.18 +20.07 +0.66%

 

 

 

STOXX 50 2,485.12 +16.03 +0.65%

 

FTSE 100 5,805.61 +12.29 +0.21%

 

CAC 40 3,420.28 +31.20 +0.92%

 

DAX 7,261.25 +28.76 +0.40%

 

IBEX 35 7,678.50 +26.10 +0.34%

 

FTSE MIB 15,590.72 +78.78 +0.51%

 

AEX 329.45 +1.50 +0.46%

 

OMX 30 1,063.71 +5.01 +0.47%

 

SMI 6,704.21 +49.01 +0.74%

 

 

 

Nikkei 225 8,658.82 +80.89 +0.94%

 

Hong Kong 21,165.23 +16.98 +0.08%

 

Sydney 4,492.90 +12.17 +0.27%

 

Shanghai 2,298.01 +3.15 +0.14%

 

 

 

Ce matin l'Asie fait un copier-coller de la séance d'hier en Occident. Le Japon est particulièrement emballé par les bons chiffres américains et l'effet positif se ressent sur les mêmes secteurs qu'à New York, Francfort ou Paris. Les financières sont à la fête. La hausse est moins soutenue en Chine et à Hong Kong où l'on peine à saluer les bons chiffres du méchant capitaliste américain. On retiendra le rebond de plus de 7% de la part de Softbank. Maintenant que la compagnie a officiellement confirmé sa prise de participation de 70% dans l'opérateur téléphonique américain « Sprint », le titre peut enfin remonter après s'être fait laminer de 17% en deux séances.

 

 

 

On commence à entrer dans le vif en ce qui concerne la période des résultats. Pour le moment 32 sociétés du S&P500 ont publiés leurs chiffres, c'est encore un peu peu pour avoir suffisamment de recul, mais pour le moment 63% de c't'équipe a battu les attentes des analystes de Wall Street. On notera pour le moment 5 titres qui sortent du lot. Lennar, le constructeur de maisons ayant battus les attentes de 41%, Constellation Brands qui faisait mieux de 31%, ConAgra Foods, meilleur de 25% par rapport aux attentes, Discover Financial, en dessus du Graal de 17% et Walgreen qui était 14% meilleurs que le consensus. Tout ça ne veut rien dire, ou pas grand-chose pour le moment, mais il est clair que pour battre les estimations des stars de Wall Street de 41%, il faut qu'il y ait vraiment un sacré bug dans le spreadsheet exel.

 

 

 

Hier soir après la clôture ce n'était pourtant pas Byzance. Les quelques publication n'étaient pas franchement folichonnes. Tout d'abord il y avait Bankrate, qui annonçaient des chiffres très timides et bien en-dessous des espoirs les plus timorés. Le titre se faisait défoncer de 23% pour la peine. Dans le secteur des semiconducteurs on continue de manger son pain noir. Après AMD et Intel, voici que Microchip vient avec des prévisions qui sont freinées par l'environnement économique. Le titre baissait de 13.6% sur l'annonce. Et puis WD-40, la société qui fait des produits de lubrification ratait également son trimestre et plongeait sur une pente glissante en baisse de 9.2%.

 

 

 

120464_600.jpg

 

 

 

La moisson des chiffres trimestriels d'hier soir ne fût donc pas bonne, on espère que ceux d'aujourd'hui seront plus heureux. Plus heureux je ne sais pas, mais plus nombreux, c'est une certitude. Cette après-midi nous allons d'ailleurs attaquer les choses sérieuses, puisque les gros morceaux sont en train de pointer le bout de leur nez. Après le lunch nous aurons donc Coca-Cola et Domino's Pizza pour le côté diététique, puis ensuite Goldman Sachs qui devrait meilleur que les attentes de manière drastique si l'on en croit les chiffres de la concurrence. Puis Johnson et Jonhson, Mattel, PNC, State Street et Wolverine. Après la clôture du marché ce soir ; nous aurons Cree, CSX, IBM, Intel et quelques autres, mais je parie qu'IBM et Intel sauront retenir toute notre attention.

 

 

 

A noter qu'hier nous avons encore entendu dire que Reuters s'autorisait à penser, dans les milieux autorisés que d'ici la fin du mois de novembre, l'Espagne pourrait éventuellement demander de l'aide à l'Europe. C'est bien, ce coup-ci on se donne plus de chances d'avoir raison. Moi je pensais que les journalistes étaient censés faire de l'information basée sur des faits et pas de la spéculation basée sur ...rien.. ça c'est le boulot des « professionnels » de la finance. Néanmoins les spéculations de Reuters sont reprises pas le FT ce matin.

 

 

 

Aujourd'hui nous aurons quelques chiffres économiques qui pourraient éventuellement nous donner un peu d'adrénaline pendant les 9 secondes suivant leur publication. Il y aura le CPI, le Redbook, la production industrielle et le Housing Market Index. Pour le moment, les futures sont indiqués en hausse de 0.1%. On espère que la séance sera un peu plus passionnante que la veille sinon, on va être obligé de commencer à fermer la bourse un peu plus tôt pour que l'on puisse aller faire un sport à l'extérieur et prendre l'air. En ce qui me concerne je vais vous laisser vaquer à vos occupations, moi je vais essayer de trouver une bouteille d'hélium et d'aller sauter en parachute. Je vous souhaite une excellente journée et je vous retrouve demain. Cependant je vous préviens, si la journée d'aujourd'hui et aussi pénible que celle d'hier, demain j'écris un commentaire sur les courts poèmes japonais, histoire de ne pas être tout seul à m'ennuyer.

 

 

 

Que votre dose de caféine soit bien dosée que vos pastilles de vitamines C soient suffisante et que votre journée soit belle.

 

 

 

A demain


RETROUVEZ-MOI AUSSI SUR : www.morningbull.ch


 

 

 

Morningbull

 

 

 

« Men's best successes come after their disappointments. »

 

 

 

Henry Ward Beecher

 

 

 

Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :

 

 

 

morningbull@morningbull.ch

 

 

 

Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j'essaye de garder la page active durant la journée) : https://www.facebook.com/morningbull

 

 

 

Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll

 

 

 

Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet

 

06:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.