jeudi, 27 septembre 2012

Les américains consolident et les européens s'en prennent plein la figure, comme au printemps

Image2.aspx.jpeg

Eh bien je dois dire que ça faisait un moment que l'on n'avait plus eu ce sentiment de se retrouver en pleine tempête, sans que l'on puisse faire quoi que ce soit. Notre bonne vieille crise européenne semble de retour. Peut-être pas encore à « pleine puissance », mais hier on a bien sentit que l'effet Draghi était en train de s'émousser sérieusement.

Il faut reconnaître que le retournement de tendance assez violent amorcé mardi soir aux States n'était pas très agréable à vivre pour les marchés du vieux continent ce mercredi matin, mais on ne peut quand même pas tout mettre sur les épaules de Charles Plosser et de sa vindicte vis à vis de ses collègues de la FED. Non, en Europe il y a autre chose. Autre chose de bien plus pourri que les commentaires acerbes et frustré d'un Président de Fed qui n'a même pas le droit de vote.

Cette autre chose c'est peut-être le fait que les Européens n'arrivent pas à se mettre d'accord sur une espèce d'union bancaire, ou alors le fait que l'Espagne est au bord de la guerre civile et que le Premier Ministre ne veut toujours pas demander de l'aide à l'Europe – par fierté ou par peur que la Catalogne insiste encore plus pour sa liberté – ou alors est-ce parce que si on lit autre chose que les premières pages des journaux on se rendra compte que la Grèce est toujours dans une panade monstrueuse et que jamais il ne parviendront à tenir les lignes de conduite que l'Europe tente vainement de leur inculquer, ou alors est- ce peut-être que l'on se rend compte gentiment que racheter des obligations à tout va, c'est bien, mais qu'il faut tout d'abord que le pays concerné ait demandé de l'aide (et ce n'est TOUJOURS pas le cas de l'Espagne) et en plus à long terme ça serait tout de même pas mal si le pays en question (sans parler de l'Europe entière) trouvait les moyens des générer un peu de croissance, même anémique. Et pour le moment il faut avouer que l'on peine à voir d'où viendrait cette croissance...


La suite sur : www.morningbull.ch


http://www.morningbull.ch/Les-americains-consolident-et-les-europeens-s-en-prennent-plein-la-figure-comme-au-printemps



 

07:29 Publié dans Market Comment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.