mardi, 25 septembre 2012

La pilule Draghi arrive-t-elle au bout de son efficacité ?

wr.png

 

 

 

 

C'est la question que l'on peut se poser. Depuis le début du mois de juillet – début de la tournée européenne de la Rock-Star de la BCE – le marché s'est contenté de ses paroles, a lu et relu ses discours et imprimé des t-shirts portant son effigie avec le texte « je ferais tout ce qui est en mon pouvoir » floqué dans le dos. Ça à tout de même fonctionné pendant près de trois mois. Trois mois à gérer le suspens jusqu'à sa dernière apparition au meeting de la BCE début septembre. A partir de là, tout était dit. Tout semblait gravé dans la pierre et son plan de sauvetage semblait indéboulonnable, même les plus grands politiques de la planète s'en voulaient de ne pas y avoir pensé plus tôt...

 

 

Et puis tout d'un coup, la lune de miel semble se terminer en eau de boudin. En effet depuis hier matin on commence à nouveau à dire du mal de l'Europe. On recommence à dire que l'Union Européenne est en train de préparer discrètement l'éjection de la Grèce et tout pays qui pourrait être un poids pour elle. On dit aussi que « leaders européens » ne sont pas d'accord entre eux. Si en disant « leaders européens » on parle de Hollande et de Merkel, en effet il semblerait que les différents sur l'union des banques européennes soit irréconciliables. En même temps, je ne sais pas si un Président qui est aussi bas dans les sondages doit encore donner son avis sur les questions européennes. Mais bon, toujours est-il que les « mauvaises nouvelles » sur l'Europe semblent refleurir comme par magie en première page des journaux et sur les sites internet.

 

 

Sans compter que les bouteilles à la mer ne cessent de tomber au sujet de la Grèce, puisque tout le monde semble penser dans un très bel unisson que la Grèce a vraiment besoin de plus de temps pour stabiliser ses finances et remonter la montagne du mythe de Sisyphe. Sans compter que ce matin dans les médias grecs on dévoile un scandale financier sans précédent ; trois hommes politiques grecs, deux anciens ministres et l'actuel Président du parlement auraient blanchi de l'argent public via des société immobilières, puis direction les paradis fiscaux. Le montant de la facture se monte à plus de 10 milliards d'euros !! C'est le casse du siècle. Ça tombe juste au bon moment, puisque les trois hommes font partie du parti au pouvoir et il y avait bien besoin de ça pour renforcer la confiance du peuple envers les politiciens. Dans deux semaines on va apprendre qu'une partie du bailout de l'UE sera passé dedans et l'ambiance va encore se bonifier...

 

 

 

 

Comme vous le voyez, le monde parfait que Draghi était en train de construire à coup de phrase diplomatiques et de techniques psychologiques est en train de se faner gentiment. Il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps, sinon les intervenants pourraient soudainement perdre la conviction qu'ils ont en tête comme quoi le marché ne peut pas plus baisser.

 

 

119186_600.jpgHier en Europe on commençait d'ailleurs à s'effriter tranquillement. On ne peut pas dire que la panique s'empare des marchés, nous n'en sommes point encore là. Il faut d'ailleurs noter que le marché fait tout de même preuve d'une force relative assez impressionnante. Mais force est de constater que l'effritement d'hier rappelait à nouveau les mauvais souvenirs du printemps passé. La Grèce qui refait surface, les chiffres de l'IFO allemand qui n'étaient pas bons pour le 5ème mois consécutif et Hollande et Merkel qui ne sont pas d'accord faisaient que la fièvre acheteuse n'était pas là. Sans compter que le déluge qui nous rappelait que l'été était définitivement derrière, n'aidait pas le moral à trouver son chemin dans les méandres de la crise européenne que l'on croyait enterrée.

 

 

 

 

Je sais que parfois je me répète, mais il se trouve que c'est pas d'ma faute, c'est juste le marché qui ne sait pas faire autre chose, alors forcément je dis toujours les mêmes trucs. En l'occurrence, hier comme ça baissait et que ça baissait à cause de l'aspect « géopolitique » des choses, les intervenants utilisaient leurs bonnes vieilles armes traditionnelles : les banques... On prenait tout ce qui touchait de près ou de loin au système bancaire et on tapait dessus avec un gros marteau marqué « 1 tonne » dessus, comme dans les dessins animés du Road Runner quand vous étiez enfant et encore innocent face au monde sans pitié de la finance mondiale. En France BNP prenait le lead, en Allemagne c'était Deutsche Bank et en Espagne c'était Santander. Rien de bien surprenant, encore une journée de baisse comme on les aime en Europe. C'était la fête des banques, cette fois la piñata ce n'était pas un âne, mais une banque. Et je me garderais bien de faire une comparaison avec certains managers qui travaillent dans certains de ces établissements. Je me comprends.

 

 

119194_600.jpgEt puis, alors que la journée en Europe se déroulait dans un ennui mortel - c'est bien simple, plusieurs fois dans la journée j'ai cru que mon pc avait été remplacé par un faux écran de chez IKEA, vous savez ces écrans en plastique avec des photos collées dessus, mais où rien ne bouge, eh bien hier c'était pareil. Pendant un bref instant, autour de 14h00, j'ai cru que le marché était fermé et que les traders étaient tous partis manger ensemble. Bref, alors que la journée se déroulait dans un ennui qui rendait presque « l'amour est dans le pré » passionnant, New York s'est réveillé et est arrivé avec ses nouvelles du jour histoire de donner un peu de dynamisme aux marchés du vieux continent qui en avaient bien besoin. Ce fût très léger comme injection d'adrénaline, mais on a bien senti que quelque chose bougeait.

 

 

Aux USA on s'est d'abord concentrés sur les résultats de Lennar Homes qui était plutôt considérés comme positifs. Bon, ce n'est pas non plus qu'ils croulent sous les demandes de nouvelles maisons, mais le discours de la société laisse poindre à nouveau que la tendance du marché immobilier semble retrouver une stabilité. Je ne vais pas parler non plus de tendance haussière, ça va porter malheur, mais dans l'idée c'est ce qui est en train de se dessiner. Et puis une fois que ces chiffres furent intégrés dans l'esprit des traders, nous sommes repassé aux même thèmes que les Européens, à savoir le fait que c'est encore un peu le bordel en Europe et que le plan Draghi n'a pas encore transformé toutes les citrouilles en carrosses.

 

 

Mais il y avait aussi d'autres nouvelles passionnantes comme les chiffres des ventes des iPhones 5, préoccupation principale du marché depuis près d'une semaine. Au travers du week-end Apple a vendu 5 millions d'iPhones. C'est nettement en-dessous des attentes puisque les plus pessimistes envisageaient 6 millions d'unités, les plus optimistes 12 millions... La nouvelle est donc fondamentalement mauvaise. MAIS, parce qu'il y a toujours un MAIS avec Apple, ce n'est pas aussi simple. Il faut d'abord savoir que ces 5 millions d'appareils correspondaient à la totalité des stocks disponibles, ce qui fait qu'il n'est pas simple de vendre 12 millions unités quand le camion garé devant la porte n'en contient que 5... mais ça, ça n'entre pas dans les calculs de projections de certains analystes. Donc même si le titre baissait de 1.39% durant la séance, il est difficile de qualifier cette nouvelle de mauvaise nouvelle, de plus il faut aussi savoir que tout ceux qui ont commandé leurs téléphones directement chez leur opérateur téléphonique n'entrent pas dans ces statistiques. Ces derniers seront comptabilisés à la fin du mois, voir en octobre. Résultats, ces chiffres ne sont pas top, mais pas catastrophiques non-plus. D'ailleurs le marché ne s'y trompe pas. 1.39% ce n'est pas ce que l'on peut qualifier de krach boursier.

 

 

119152_600.jpgEn revanche, la première page du Barron's a fait beaucoup de bien à Facebook, puisque le titre s'est fait démonter de 9% hier. Le journal du dimanche estimait que la valeur du titre était plus proche des 15$ que des 22$, sans parler des 38$. Là dessus, le secteur techno a connu des jours meilleurs et puis en même temps, quand vous avez le mammouth de la gestion indicielle (Apple) qui baisse, il ne faut pas attendre autre chose qu'un marché qui se dégonfle lentement mais sûrement. Il y a tout de même un titre qui profite de la « déception » sur Apple, puisque pendant ce temps, Google vient de toucher un nouveau plus haut historique. Le titre est à 751.33$. Quand même impressionnant pour l'employeur le plus « attractif » de la planète. Il paraît que les employés sont heureux là-bas.. ça me change de ce que j'entends par-ici.

 

 

 

 

Le pétrole a pris le même chemin que les marchés, il a utilisé les mêmes justifications pour baisser, sans compter que la force relative du dollar ne l'aide pas franchement non plus. Le baril a touché son plus bas depuis 7 semaines et selon un « expert » interrogé par Marketwatch, l'or noir peut aller plus bas, mais il sera soutenu par l'aspect géo-politique, autrement dit par le Premier Ministre Israélien qui piaffe d'impatience pour aller raser l'Iran. Et par les Chinois qui menacent toujours de transformer le Japon en gigantesque parking automobile. Dans cet environnement on a une belle prévision « météo » pour le baril : « Sur la photo satellite nous voyons une dépression qui s'approche sur le prix du pétrole par le nord, ce qui pourrait amener une baisse des prix et des gros ordres vendeurs avec un objectif bien plus bas. En revanche par le sud, il y a un système anti-cyclonique qui pourrait rassurer les investisseurs par sa stabilité et entraîner une hausse permanente du baril en direction des 100$. En revanche comme la force des deux systèmes est équivalente, il se pourrait que rien de se passe et que le prix du baril rest à 92.26$, merci d'avoir suivit notre météo du baril ». En gros ; tout peux arriver sur le baril, bien au contraire.

 

 

L'or est à 1776$ et le même commentaire que pour le pétrole s'applique. En revanche, malgré la dépression saisonnière qui s'abat sur le monde fabuleux des commodities en folie, Goldman Sachs s'est fendu d'un commentaire hier, fixant son objectif de hausse sur le secteur à 18.2% pour les 12 prochains mois. Pas 15%, pas 20%, non, 18.2% et les « virgule deux » sont très importants, c'est des ANNNNNNEEEEEEEES de boulot de la part de leur analyste pour être aussi précis. Ce qui est bien c'est que l'on ne sait même pas ce que seront les chiffres économiques des 20 prochaines minutes mais on prends des paris sur les commodities à 12 mois, car ne vous méprenez pas, c'est un gros pari, je ne suis pas loin de penser qu'il a joué le target à la roulette.

 

 

Dow Jones 13,558.92 -20.55 -0.15%

 

S&P 500 1,456.89 -3.26 -0.22%

 

NASDAQ 3,160.78 -19.18 -0.60%

 

 


STOXX 50 2,557.89 -19.19 -0.74%

 

FTSE 100 5,838.84 -13.78 -0.24%

 

CAC 40 3,497.22 -33.50 -0.95%

 

DAX 7,413.16 -38.46 -0.52%

 

IBEX 8,138.40 -92.30 -1.12%

 

FTSE MIB 15,867.07 -124.03 -0.78%

 

AEX 331.84 -2.31 -0.69%

 

OMX Stockholm 1,099.73 -0.16 -0.01%

 

SMI 6,597.22 -8.60 -0.13%

 

 

 

Nikkei 225 9,084.01 +14.72 +0.16%

 

Hong Kong 20,665.73 -28.97 -0.14%

 

S&P/ASX 200 4,372.20 -10.07 -0.23%

 

Shanghai 2,208.94 -6.57 -0.30%

 

 

En Asie on plane entre incertitude, doute et conviction que toutes les bonnes nouvelles sont déjà sortie. On se méfie aussi des éventuelles échauffourées autour des îles Sino-Japonaises. Hier des incursions dans les eaux territoriales japonaises on fait chauffer le schmilblick et on continue d'être stupéfait par la crise de nerfs qu'ils nous font sur le sujet, même si maintenant on entends dire ici et là qu'il y aurait des hydrocarbures sous ces îles, ce qui expliquerait peut-être cela. Mais quand même, comme il est peu probable que les îles Senkaku contiennent une nappe de pétrole liée directement à celle de l'Arabie Saoudite, on peine tout de même à imaginer que les Chinois soient prêts à transformer le Japon en parc d'attraction juste pour aller planter leur drapeau sur caillou battu par le vent et les vagues. En attendant les marchés de la région ne vont nulle part.

 

 

 

 

118998_600.jpgDans les nouvelles du jour on retiendra l'histoire Caterpillar. Le fabricant de machines de chantier et de chaussures était en présentation à MineExpo hier à Vegas - à ce propos vous noterez comment la tendance change, il y a 10 ans c'était les méga-conférences technologiques qui se tenaient à Vegas, maintenant c'est le salon du trax et la foire l'excavatrice. Les héros ne sont plus les derniers nés de chez Nokia ou le BlackBerry qui va révolutionner le monde, mais le 815F Series 2 Soil Compactor de chez Cat ou la nouvelle foreuse « Jumbo » de chez Sandvik, les temps changent comme disait MC Solar. Bref, durant ce salon hyper sexy où les hôtesses sont assises sur des pneus à 7 mètres de haut, Caterpillar en a profité pour dire que leurs objectifs futures n'avait pas changé, mais que l'économie, elle, elle avait changé. Ce qui fait que leurs objectifs de résultats....2015...seraient plus proches de 12 à 18$ par titres, alors que les analystes tablaient sur 15 à 20$. En revanche pas un mot sur les perspectives de résultats pour l'année 2089, ce qui est assez décevant de la part d'une compagnie qui voit à long terme. En gros c'est une mauvaise nouvelle pour CAT, mais c'est également peu rassurant sur l'avenir de l'économie. En même temps on connaît la fiabilité des projections à deux jours, alors à 2 ans... Le titre perdait tout de même plus de 2% après la clôture.

 

 

Ce soir ça sera le grand soir pour Marissa Mayer, puisque la nouvelle CEO de Yahoo ! Va présenter sa stratégie pour faire revenir Yahoo ! Au premier plan. Les plus courageux d'entre-nous pourraient envisager de créer un spread « short Google-long Yahoo ! », on ne sait jamais sur un coup de bol ou un miracle ça pourrait marcher. Autrement le fonds singapourien Temasek est à la recherche d'un acheteur pour ses 18% de Standard Chartered. On notera aussi que les trois jours de baisse sur le S&P500 sont la pire période vécue par l'indice depuis 7 semaines. Bon, en même temps à coup de 0.1% de baisse, on n'est pas encore arrivé à l'objectif annoncé hier par Bob Janjuah. 800 sur le S&P500. Encore un ami de Roubini.

 

 

A ce sujet, le 21 août, il avait fait une recommandation de vente massive. Hier il annonçait qu'il « coupait » sa position short car son niveau de tolérance avait été atteint. En revanche il reste extrêmement négatif sur les marchés, pense que le S&P va à 800, mais n'exclu pas qu'entre deux l'indice monte encore de 10%. En gros si ça ne marche pas en faisant finance, après il va faire météo.

 

 

 

http://www.businessinsider.com/bob-janjuah-sp-500-800-201...

 

 

 

Le Barron's est positif sur Zimmer (orthopédie) pour 2013 et pensent qu'International Paper n'a pas fini de monter. Et puis malgré qu'il n'est plus à la tête de la BNS, Philipp Hildebrand est partout et a un avis sur tout. Ce matin il est dans le FT et explique à Draghi comment faire pour régler le problème des banques en Europe. Dans l'article il ne mentionne pas si il faut en parler à sa femme avant.

 

 

 

http://www.ft.com/intl/cms/s/0/dbe21db2-058d-11e2-bce8-00...

 

 

 

Journée importante pour les chiffres économiques en ce mardi. Cet après-midi, nous aurons le Redbook, les ventes des grand-magasins, la confiance du consommateur, le FHFA House Price, le S&P Case Shiller (encore une grosse journée pour l'immobilier donc), puis le Richmond Fed Manufacturing Index et pour terminer le State Street Investor Confidence Index. Largement de quoi s'amuser et espérer voir bouger les indices de plus ou moins 0.05% ça nous changera. Pour le moment les futures sont indiqués en hausse de 0.25%.

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, il me reste à vous souhaiter une excellente journée et on se retrouve demain pour de nouvelles aventures que j'imagine passionnantes.

 

 

A demain !!!

 

 

Morningbull

 

 

"I like Mitt. Listen to this. He has alienated the young people, alienated the old people, alienated women, alienated minorities, alienated gays. I'm telling you, this takes talent." –David Letterman

 

 

Pour ceux que ça intéresse, j'ai été convié par la société Akwire a donner une conférence dans le cadre de leurs « Afterwork Learning », le thème sera « la création d'un fonds », mais c'est aussi l'occasion de rencontrer des gens et de « réseauter » comme ils disent. La conférence sera suivie d'un apéritif.

 

 

 

Voici le flyer :

 

 

 

AFTERWORK LEARNING

 

 

 

Une présentation, un réseau, une opportunité d’apprendre et de « réseauter ».

 

 

 

Prochaine session le mercredi 3 octobre 2012 17 H30–19h30

 

 

 

Thème abordé : La création d’un fonds Présentation : Thomas Veillet aka Morning Bull

 

 

 

La présentation sera suivie d’une verrée.

 

 

 

Inscription obligatoire avant le 27 septembre

 

 

 

Frais de participation – 50 CHF

 

 

 

Limité à 35 personnes.

 

 

 

Akwire – Formation & Carrière 3 rue Hugo-de-Senger 1205 Genève

 

 

 

www.akwire.ch / 022 820 01 11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :

 

 

 

morningbull@morningbull.ch

 

 

 

Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j'essaye de garder la page active durant la journée) : https://www.facebook.com/morningbull

 

 

 

Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll

 

 

 

Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:02 Publié dans Market Comment | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Hello,

Je rentre des US New York ou j'ai eu l'occasion de faire une VIP visite de Wall Street avec un trader d'un heure et emie..le mercredi 19 septembre 2012 pour l'Opening bell.
Cela m'a coûté ..une fortune mais a permis de réaliser un rêve.
J'ai pu constaté en visitant la bourse et en discutant avec le trader qui m'accompagnait les points suivants :
- la majorité du trade se fait par algorythme electroniquement env. 80 %, seules les opérations difficiles se font encore sur le "floor";
- les traders gagnent peu sur une transaction souvent 1 penny =1 centime ..mais si l'on trade 1 million d'actions...cela fait Fr 10'000.-
- la majorité des achtas/ventes d'actions se fait juste après the Opening Bell et juste avant la Closing Bell;
- entre parenthèse pas de bell.. dans la salle juste sur CNBC à la TV;
- j'ai vu suivre l'histoire de Wall Street depuis 1876 ?? ses débuts jusqu'à ce jour;
- ce jour-là mercredi 19 sept.le pétrole a baissé de 3 $..car on pense que Barack Obama va utilise une partie des stocks de réserves 300 million de baril.. pour faire baisser le prix du pétrole..avant les élections.
Pour terminer j'ai pu toucher le Bull.. à l'extérieur et me faire photo graphier avec une lovely NPDE cop, j'espère que cela me portera bonheur.
En résumé une visite à conseiller à condition de bien parler anglais- ce qui est mon cas- et de connaître un peu les mécanismes de la bourse.

Écrit par : Yves | mardi, 25 septembre 2012

LE PRIX DU PETROLE-EVOLUTION -APPLE- il va encore baisser car on parle de plus en plus aux US ou je viend passer une semaine avec une VIP visite de Wall Street en compagnie d'un trader de :
l'utilisation d'une partie des fonds de réserve de pétrole 300 million de baril par l'administration de Barack OBama juste avant les élections pour faire baisser le prix à la pompe en.v 4 $ le gallon pour la regular.
APPLE - en arrivant le 14 septembre ja'i vu devant le APPLE STORE le début de la queue pour acheter l'Iphone 5...soit une semaine avant le 21 spetembre.. à quand AAPL Apple avec une valeur de d'un trillion de $ et les critiques sur I-phone 5 sont bonnes...bien qu'il soit déjà sold out ce qui a fait baissé le prix hier à la bourse de 10 $ et monter celui de GOOG Google..

Écrit par : Yves | mardi, 25 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.