jeudi, 20 septembre 2012

Quand t'es dans le désert, depuis trop longtemps

 

 

118908_600.jpg

 

 

 

La grande question que l'on se pose n'est plus « mais QUAND est-ce que quelque chose va se passer ? », mais plutôt : « mais dans quelle direction va-t-on aller ? ». Il est vrai que maintenant que nous avons obtenu notre garantie comme quoi plus rien ne peut nous arriver et que Bernanke ET Draghi seront toujours nos meilleurs amis sur Facebook et que quoi qu'il se passe dans le monde de l'économie et de la finance, ils sont prêts à arriver à tout instant avec des milliards de de trillions de billets verts, bleus, rouges, multicolores pour soutenir le marché, l'empêcher de couler, ce qui forcément, ne rend pas la tâche facile aux vendeurs et autres négativistes permanents. Pour le moment.

 

 

Malgré tout, depuis quelques jours, même si ça ne veut pas baisser, il faut également faire le constat inverse, ça ne veut pas monter non plus. A la décharge de cette constatation, on se rend également compte que l'on est déjà beaucoup monté (ok, on n'a pas forcément profité de la hausse, mais quand même), qu'il se pourrait que le QE3 soit DEJA dans les prix depuis 9 mois et que finalement le « mal » soit déjà fait depuis un moment.

 

 

Ce qui fait que, du coup, on hésite.

 

 

118823_600.jpgD'autant plus que l'on entends plein de choses et que l'on ne sait pas trop quoi en faire. D'un côté on nous dit que tout va bien, que le pétrole va monter très très haut et que tout le monde est soulagé que le QE3 soit là, parce que ça va redynamiser l'économie et que, DONC, le pétrole devrait remonter. Oui, sauf que depuis le QE, un jour sur deux il se fait démonter de 6% sans que l'on sache vraiment pourquoi. On nous dit aussi que l'or va, selon les jours, à 2'000 ou 6'000 voir 10'000, il suffit de choisir son journal, son article ou le bon stratégiste qui est en plein trip de LSD. Un jour c'est la journée « bull » alors on vous sort les stratégistes qui sont hyper-optimistes, bullishs sur tout, emballés par le marché immobilier, les commodities et tout le reste, vous racontant que nous sommes dans une période de renaissance durant laquelle le marché ne va faire que monter très haut et que l'inflation n'existe plus.

 

 

 

 

Et puis le lendemain on vous fait une « spéciale » Roubini pour ses dix ans de dépression nerveuse et de désespoir, et les invités de sa « Sacré Soirée » vont tous tour à tour vous dire que l'enfer qui nous attend ne fait que commencer, que la récession et la dépression sont à nos portes et que le mieux qui puisse nous arriver c'est que les Mayas aient raison pour la fin du monde de cette année.

 

 

En gros, c'est pile ou face tous les matins et force est de constater que depuis quelques séances, on se balade toujours sur les mêmes chemins. Un coup ça monte à peine et le lendemain ça baisse par principe. C'était flagrant en Europe mardi et mercredi ; mardi ça baisse en tapant sur les pétrolières et les financières. Et mercredi ça remonte en achetant les pétrolières et les financières. Franchement on fait un boulot formidable. Moi qui voulait faire trader pour éviter la routine, je suis servi. On a réduit le nombre de secteurs à deux – pétrolières et financières – on a ajouté le secteur techologique pour les jours où on s'ennuie vraiment – dedans il y a Apple qui représente 93% du secteur et puis voilà.

 

 

118921_600.jpgLà dessus vous rajoute un peu de trading sur les commodities. En privilégiant les matières premières que l'on « comprends » et « connaît » le mieux. L'or et le pétrole. Et on navigue à vue, on verra bien ce qui se passe. L'horizon temps des décisions d'investissement oscille entre 23 millièmes de secondes et 24 heures pour « long term investments » et vous y êtes. Vous êtes un intermittent du trading.

 

 

 

 

Nous sommes donc dans un environnement bizarre qui peine à trouver ses marques et à analyser ce qu'il se passe et dans le doute, on stagne. Alors depuis que je fais de la « fiance » (en tous les cas depuis le temps que j'essaie), j'ai appris que l'animal qui symbolise la hausse, c'est le BULL et que celui qui symbolise la baisse c'est le BEAR. Maintenant je me suis toujours demandé ; c'est quoi l'animal qui symbolise le marché qui va nulle part ?? - Le paresseux ? Le lama ? Le cochon laineux ? Je ne sais pas, mais il serait bon que l'on trouve un substitut au BULL & BEAR, car en ce moment on ne va nulle part...

 

 

Hier l'Europe est remontée un peu grâce au pétrolières donc – bien qu'au moment où elles remontaient on n'avait pas encore eu « les évènements » sur le baril – un aussi grâce aux financières, puis on notera aussi les bons chiffres d'Inditex en Espagne (Zara pour les intimes) qui bondissait de 3.7% après avoir annoncé un magnifique premier trimestre et comme une bonne nouvelle qui vient d'Espagne, ça n'arrive pas tous les jours, on en parle. Et puis il y a aussi Heineken qui explosait de 6.4% après que l'on se soit rendu compte qu'ils étaient tout près de gagner enfin le contrôle d'Asia Pacific Breweries et de leur marque Tiger Beer. Toujours à propos d'Heineken, on notera aussi qu'une équipe de scientifiques a exposé des bouteilles de bière à l'équivalent d'une explosion atomique « pour voir si elles seraient buvables APRES ». Je suis assez content de voir qu'il y a encore des gens qui font de la recherche P-R-I-M-O-R-D-I-A-L-E dans ce bas monde. Je pense que découvrir un suppositoire contre la connerie serait peut-être un meilleur objectif de recherche, mais ça ne reste que mon avis...

 

 

118837_600.jpgEnsuite aux USA on était très concentrés sur les chiffres de l'immobilier. On sait qu'en ce moment on met beaucoup d'espoir dans le retour en grâce du marché de l'immobilier. Hier il y avait les Housing Starts – ou les départs de nouveaux chantiers, puis ensuite les ventes des maisons existantes. Le premier était « bof » et le second était absolument génial effaçant du même coup le fait que les nouveaux chantiers n'intéressent plus personne. En fait les américains recommencent à investir dans l'immobilier d'occasion, profitant des « bonnes affaires », puis ensuite, quand ils auront racheté une ruine, ils feront apple à « DECO » sur M6 et quand Valérie Damidot aura fait son oeuvre, le parc immobilier américain ne sera plus jamais pareil.

 

 

Ces « bonnes nouvelles » on donc fait monter le marché, gentiment, sans euphorie. Pendant ce temps, Ben « Bazooka » Bernanke était devant le Comité Financier du Sénat pour les prévenir que si ils ne se mettaient pas d'accord au sujet du « mur budgétaire/fiscal cliff » d'ici la fin de l'année, l'économie pourrait en souffrir. En même temps, pour le moment les politiciens sont plus préoccupés par l'élection en cours et ne peuvent pas penser à tout en même temps.

 

 

Puis dans le courant de la séance, le pétrole s'est à nouveau pris les pieds dans le tapis. Ça n'a pas empêché les trois indices principaux de terminer dans le vert, mais une partie de la hausse accumulée depuis l'ouverture s'est envolée comme peu de chagrin alors que le secteur – je vous le donne en mille – pétrolier se cassait la figure. Dès lors une immense question commençait à faire le tour du net : « Mais qu'est-ce qui se passe sur le pétrole !!!??? ». Cela fait donc deux fois en trois jours que le baril se casse la gueule de plus de 5% en quelques minutes sans que l'on sache trop ce que cela peut être. Les autorités de supervision déclarent avec force et certitude que ça ne PEUT PAS ETRE un gros doigt, autrement dit une erreur de trading, ça ne peut pas être un système électronique quelque part qui aurait pété un plomb, bref ça ne peut pas être un « accident ». Une chose est sûre, depuis 3-4 jours il y a plus de vendeurs que d'acheteurs.

 

 

Alors hier on s'est peut-être dit que ça pourrait être les chiffres des inventaires, en effet ces derniers laissaient clairement entrevoir que l'offre était plus importante en ce moment et que la pénurie n'était pas la crainte première pour ces prochaines années. Accessoirement les attentes étaient nettement en dessous des chiffres (un trucs comme 6 millions de barils à côté des attentes, soit 2,9 milliards de canettes de Coca à côté de la plaque). Mais on s'est rendu compte que le baril avait commencé à baisser bien avant les chiffres de l'EIA. Ce qui aurait donc impliqué l'éventualité d'une « fuite ». Mais l'EIA a démenti, il n'y a pas eu de fuite et personne n'est plus égal que les autres dans le monde merveilleux de l'or noir. Ensuite on a remis la théorie de la « réserve stratégique » sur le plateau, mais toujours rien de très concret. Puis comme l'échéance mensuelle sur future sur le baril aura lieu jeudi soir on s'est dit que c'était peut-être des traders qui liquidaient leurs positions 24 heures avant la clôture du contrat, mais on est peu convaincus...

 

 

 

 

Pour faire simple on ne sait pas ce qui se passe. Je pourrais aussi vous dire que de par le fait que les naissances de canards ont augmenté dans le lac de Central Park et que la corrélation entre les naissances des anatidés à New York et le prix du baril pourrait avoir une influence, mais honnêtement, je n'en sais rien non plus. Toujours est-il que lundi matin le baril valait « presque 100$) et que ce matin il vaut « presque 90$ ».. Pour un truc qui doit monter à 300$, c'est moche. Le prix exact à 6h11 est de 91.16$.

 

 

On va faire l'impasse sur l'or, c'est à nouveau très calme. Il paraît que l'or attend le QE4 pour continuer à monter. Comme à chaque « QE », il prends en gros 100$, autour du QE6 on devrait passer la barre des 2'000$, à moins que les mariages en Inde augmentent soudainement. Ce matin l'once d'or est à 1766$.

 

 

 

Dow Jones      13,577.96 +13.32 +0.10%

 

S&P 500         1,461.05 +1.73 +0.12%

 

NASDAQ        3,182.62 +4.82 +0.15%

 

 

 

STOXX 50       2,567.67 +14.27 +0.56%

 

FTSE 100       5,888.48 +20.32 +0.35%

 

CAC 40         3,531.82 +19.13 +0.54%

 

DAX              7,390.76 +43.07 +0.59%

 

Madrid         8,098.80 +40.50 +0.50%

 

Milan            16,100.23 +24.20 +0.15%

 

Amsterdam  335.71 +0.24 +0.07%

 

Stockholm    1,106.43 +5.45 +0.49%

 

SMI               6,570.72 +33.62 +0.51%

 

 

 

Nikkei 225      9,119.31 -112.90 -1.22%

 

Hong Kong    20,724.64 -117.27 -0.56%

 

Sydney         4,401.10 -22.36 -0.51%

 

Shanghai        2,218.10 -28.14 -1.25%

 

 

Il fallait se lever très tôt ce matin pour voir les marchés asiatiques en bonne forme. A l'ouverture ça allait encore, mais dès que les premiers chiffres ont commencé à sortir, les marchés on commencé le grand nettoyage et ont attaqué le process d'effacer les gains de la veille. Tout d'abord le prix du baril n'a plu à personne, ensuite les chiffres préliminaires du PMI chinois sont sortis à 47.8, en hausse par rapport au mois passé, mais toujours en dessous de la barre psychologique des 50, en gros on balise toujours sur le fait que le plan de stimulus de l'économie chinoise pourrait ne pas suffire. Cependant, si j'ose me faire l'avocat du diable, le gouvernement chinois a annoncé un train de mesures qui comprennent des nouvelles routes et des nouveaux métros (entre autres), ces mesures datent d'il y deux semaines... Est-ce que les économistes et les investisseurs sont assez idiots pour espérer que l'amélioration allait se voir en deux semaines ??? Il faut se poser la question. Personnellement, je n'ai encore jamais vu d'autoroute se construire durant la nuit, ou alors seulement dans un épisode de Bob le bricoleur que je regardais avec ma fille de deux ans, que même elle, elle trouvait ça louche...

 

 

Bref, hier en Europe on avait fait l'inverse de la séance précédente, aujourd'hui à Tokyo on fait l'inverse d'hier. Oublié le stimulus surprise de la Bank of Japan.

 

Après la clôture d'hier, nous n'en sommes pas resté là à New York. Il y avait les updates intermédiaires de certaines compagnies comme Bed Bath & Beyond et Norfolk Southern. Le vendeur d'accessoires pour le bain, à nettement déçu le marché, encore et le titre abandonnait 5.2% à 22h30 hier. Ensuite l'opérateur de chemin de fer, a fait pareil. Les analystes s'attendaient à un gain de 1.63$ par action et le management est venu avec une projection de 1.18 à 1.25, soit nettement en dessous des attentes. Le titre reculait de 5.8%. Adobe était aussi en baisse, mais dans une moindre mesure, puisque le père du PDF baissait de 0.7%, en diminuant ses prévisions de 10-15% à la louche.

 

 

Côté élection Mitt Romney est entré en phase désespoir en déclarant hier qu'Obama ne pouvait pas aider la classe moyenne. Venant de lui, c'est toujours assez savoureux. En attendant le Président sortant n'a jamais été aussi à l'aise dans les sondages. Depuis Clinton, personne n'avait fait mieux. Ses détracteurs pourront toujours dire qu'il n'a pas gagné l'élection, mais que Romney l'a perdue.

 

 

Le Président de la FED de Dallas, Richard Fisher a déclaré que les probabilités de hausse de l'inflation étaient en hausse. Après avoir testé les bouteilles d'Heineken aux effets de la bombe atomique, les scientifiques ne se sont pas arrêtés là, en grattant un vieux papyrus, on aurait découvert que Jésus (oui LE Jésus) était marié en son temps... Je ne sais pas si je vais m'en remettre. Par contre la question que je me pose, c'est de savoir si cela remet en question le voeux de célibat des prêtres...

 

 

La compagnie Russe Rosneft cherche un financement de 15 milliards pour faire un bid sur TNK-BP. Bank of America va accélérer son programme de licenciement et d'ici la fin de l'année c'est 16'000 personnes qui devraient être dehors. Nike a approuvé un rachat d'actions pour la bagatelle de 8 milliards. Ce week-end Hollande et Merkel vont se voir afin d'avoir une position commune sur l'éventuel merger entre BAE et EADS. Ben oui, ils ne peuvent plus rien faire pour sauver l'Europe, faut donc bien occuper les week-ends. A noter qu'à propos de cette fusion, quelqu'un a déclaré sous un ton suspicieux que «  ce merger devrait être examiné de prêt !!! », ce quelqu'un, c'est Boeing.

 

 

Côté chiffres économiques, nous aurons les Jobless Claims, le PMI Manufacturing, le Philly Fed, les leading indicators, le Fed Balance Sheet et

 

Money Supply, à noter que la plupart des patrons de FED locales sont dehors en promenade, alors on ne peut pas exclure que l'un d'entre sorte une déclaration fracassante. Pour le moment les futures US sont en baisse de 0.4% dans le sillage de l'Asie qui déprime..

 

 

Voilà, c'est tout pour ce matin, je m'en vais vous laisser aller prendre le café avec George et je vous retrouve demain matin pour conclure cette semaine qui aura été passionnante, surtout si vous étiez short sur le pétrole...

 

 

A demain !!

 

 

Morningbull

 

 

"It's nice to know that no matter how bad things get in the Middle East, Mitt Romney is always there to make them worse. You saw him this week when our embassies were under attack, before any facts were in he tried to score political points because he sees everything as a business opportunity. This is a man who would sell ad time during a moment of silence." –Bill Maher

 

 

 

Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :

 

 

 

morningbull@morningbull.ch

 

 

 

Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j'essaye de garder la page active durant la journée) : https://www.facebook.com/morningbull

 

 

 

Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll

 

 

 

Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet


PDF : morningbull today.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:12 Publié dans Market Comment | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Je vote pour l'opposum ! Pour des unes de journaux plus drôles: Opposumish markets ahead !

Excellents commententaires toujours,
Merci

Écrit par : Elena B | jeudi, 20 septembre 2012

super votre blog.

Écrit par : Herve | vendredi, 21 septembre 2012

Sur mon desk on appelle ca snake market :)

Écrit par : Ben | vendredi, 21 septembre 2012

Moi je ne dis pas, mais passer de Bob le Bricoleur en passant par Jésus pour finir avec George et ce, sans se casser la figure: je dis chapeau!

Écrit par : jérôme | vendredi, 21 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.