jeudi, 23 août 2012

Les marchés sont formidables

 

 

117262_600.jpg

 

 

 

 

 

Je dois dire que même si depuis quelques années je porte un regard assez critique sur le monde de l'investissement, il y a une chose que J'ADOOOORE par-dessus tout, c'est les explications que l'on trouve dans les journaux le lendemain d'une journée de trading. C'est systématiquement un bonheur sans cesse renouvelé. Rien qu'en lisant le titre de l'article il y a de quoi écrire un bouquin. Tenez, prenez un exemple, hier, décrivant la séance de mardi on apprenait que : « Les actions sont en hausse supportée par les espoirs portés par la BCE », ce matin le même journaliste écrit : « Les actions baissent par peur des meetings sur la Grèce ». Ben alors ? On a déjà perdu tout espoir au sujet de la BCE ??? Non, détrompez-vous, pas du tout, c'est simplement qu'à l'heure actuelle, un trader moyen n'est pas capable de gérer deux nouvelles en même temps, alors c'est plus simple d'en allouer une chaque jour.

 

 

 

Ben oui, mardi on savait que les meetings sur la Grèce auraient lieu, on savait même depuis la semaine passée que le Premier Ministrer Hellénique était en voyage pour rencontrer les leaders maximo de la zone Euro (Merkel et le « Tout mou »), mais en ce temps-là, on s'en fichait parce que c'était encore loin. On préférait mettre nos espoirs sur la BCE qui n'avait absolument rien prévu comme évènement dans les jours à venir, mais peu importe, ça nous promène.

 

 

 

Au bilan, ce qui est fascinant c'est qu'avec tout ce brassage d'air il fait toujours aussi chaud. Pourtant le combat entre la force et le côté obscure devrait faire courant d'air et rafraîchir l'air ambiant, même pas.

 

 

 

Bref, nous n'allons pas faire une analyse psychologique du marché dans cette colonne, ça prendrait bien trop de temps, toujours est-il qu'hier on était obsédés par les discussions que pouvait avoir la Grèce avec l'Europe et surtout le ton et la finalité que ces dernières pourraient prendre. Il est clait que l'on ne sait absolument pas ce qui va arriver, on se doute que les Athéniens vont tenter de trouver une solution pour assouplir leur serrage de ceinture et que Merkel va leur faire comprendre qu'il faut arrêter de tirer au flanc, de pleurnicher et commencer à bosser. Même si c'est l'été. Les plus angoissés craignent que tout ce petit monde se quitte fâché et qu'à l'avenir les hordes teutoniques n'auront plus le droit de venir en vacances dans les îles grecques et que ces dernières passeront au Drachme et refuseront l'Euro. Cependant il est plus que probable que tout cela se termine par un joli compromis bien diplomatique, entouré d'un joli communiqué de presse de derrière les fagots. Le pire qui pourrait arriver c'est que Merkel ne soient pas satisfaite de l'attitude des grecs et refuse de verser la prochaine tranche de l'argent promis du bailout, mais c'est tout de même peu probable. Toujours est-il que si l'on vous demande pourquoi le marché européen à baisser hier, vous pourrez levez la main, crier : « moi M'sieur, moi !!! », ensuite vous direz et ceci sur un ton grave et solennel, les lèvre serrées et le regard perdu sur la ligne d'horizon, en direction de la bourse de Francfort : « Les actions baissent par peur des meetings sur la Grèce »...

 

 

 

C'est toujours bien de pouvoir expliquer les choses. En tous les cas les volumes sont toujours aussi pathétiques et on à l'impression que même dans les salles de trading climatisées du continent, il fait trop chaud pour traiter. Et à la fin de la journée, alors que le marché terminait au plus bas de la cession, on se disait que si l'on n'était pas venu mardi, ni mercredi, on serait tout de même au même niveau que lundi soir.

 

 

 

Une fois l'Europe fermée il était temps de passer au sujet des USA. De leur côté, il y avait trois préoccupations principales. Tout d'abord les chiffres de DELL, annoncés mardi soir après la clôture, la déception était palpable. Non seulement les vendeurs de PC sont en dessous des attentes pour le trimestre, mais en plus leur vision de l'avenir et tout de même pas mal brumeuse, le titre perdait donc 5% et entraînait avec lui ses concurrents, surtout Hewlett Packard qui, comme par hasard, devait publier son trimestre après la clôture. Hier il ne faisait donc pas bon être un vendeur de PC.

 

Second sujet, les chiffres des ventes des maisons existantes. Apparemment on a vendu 2.3% de plus de maison. Le marché attendait 3.2%. C'était donc censé être une déception, mais c'était sans compter sur la capacité phénoménales de investisseurs à analyser un chiffre et lui trouver autre chose dire en fonction de ce que l'on a réellement envie d'entendre. Le chiffre des « Existing Home Sales » était plus faible que les attentes, soit, mais le marché estimait que la bonne nouvelle résidant dans le fait qu'il y a un plus devant les 2.3%, au moins ça monte !!! Il y a donc de l'espoir. De plus le patron de Toll Brothers (un des leaders de la construction américaine) laissait entendre que son côté les commandes et le business n'avait jamais était aussi bon que depuis 5 ans. Et je vous rappelle qu'il y a 5 ans, Lehman Brothers était encore parmi nous, c'est donc peu dire, ce commentaire est un nectar pour les oreilles. C'était donc une bonne nouvelle pour le secteur et aurait du être une bonne nouvelle pour le marché en général, sauf qu'hier en début de séance, on était un peu trop concentrés sur cette tripotée de stratèges et de techniciens qui se succèdent sur CNBC, Bloomberg TV ou Cartoons Network pour nous annoncer que le rallye est fini et que nous sommes à l'aube d'un krach, soit d'un sell off massif, c'est selon... Une chose est sûre, la zone de résistance qui passe par le sommet de l'an 2000, puis celui de 2007 ne va pas être facile à franchir sur les indices.

 

 

 

La plupart de la séance se faisait donc en terrain négatif, avec des volumes qui feraient pleurer un Sales Trader de chez Goldman Sachs. Puis, en toute fin de séance les Minutes du FOMC Meeting tombaient sur la table. Et tout allait changer.

 

 

 

En épluchant les conversations d'il y a un mois des différents Présidents de FED, nous nous sommes rendu compte que la plupart d'entre eux était d'accord sur le fait qu'il FALLAIT intervenir (QE3), si la situation se détériorait... Du coup ; rebond du marché !!! Même si il faut bien reconnaître que l'on s'excite sur des nouvelles qui datent tout de même d'il y a un mois et que les économistes s'acharnent à dire que les choses ont changé depuis (dans le bons sens), sous-entendant que ces discussion n'ont plus aucune valeur aujourd'hui, le marché a interprété cela comme un signe de soutien, comme une garantie que « au cas oû », la FED ne laisserait pas tomber Wall Street, pas cette fois. En gros les discussions d'il y un mois ont sauvé la mise à une journée qui semblait bien mal partie. A la fin nous sommes toujours en dessous de la résistance de 12 années de bourse et le retournement de mardi soir est toujours très moche sur un graphique, mais le sursis d'hier soir nous donne un peu d'espoir à tous.

 

 

 

Du côté des deux indicateurs du monde de commodities, l'or semble de mieux en mieux dans ses baskets, l'effet dollar, la peur de l'inflation et le fait qu'il ait cassé (à la hausse) son graphique, laissait espérer une accélération haussière. Pour le moment l'accélération est celle d'une tortue dépressive, mais ça monte gentiment tout de même. Entre ne rien faire et gratter 20 dollars par jour, il n'y a pas photo. Ce matin l'once est à 1662$ et il ne manquerait plus que quelques mariages en Inde pour pousser le métal à 1700, ce qui permettrait aux fan club de « l'or va à deux mille » de se faire un bouffe pour fêter cette première étape et réitérer au monde leurs perspectives d'avenir.

 

 

 

117121_600.jpgCôté pétrole, on ne l'avait plus vu si haut depuis le début du mois de mai. Ce matin il est à 97.80$. Apparemment les inventaires étaient fortement en baisse puisque le l'EIA annonce une baisse de l'ordre de 5.4 millions de barils, bien plus que les analystes avaient prévu. Analystes qui continuent leur sans faute puisque depuis que l'EIA publie les inventaires chaque mercredi soir, ils n'ont jamais été justes dans leurs prévisions. Bref, le baril va bien, l'or retrouve des couleurs, les commodities sont à nouveau dans un « bull market », on devrait bientôt se refaire une crise alimentaire et il est temps de penser à acheter une Ford Interceptor comme celle de Mad Max pour partir à la chasse à l'essence dans les stations services de la riviera lémanique au bord du lac de Genève...;-)

 

 

 

 

 

 

 

Dow 13,173 -31 -0.23%

 

Nasdaq 3,074 +6 +0.21%

 

S&P 500 1,413 +0 +0.02%

 

 

 

FTSE 100 5,774 -83 -1.42%

 

DAX 7,018 -72 -1.01%

 

CAC 40 3,462 -52 -1.47%

 

FTSE MIB 15,161 -169 -1.10%

 

IBEX 35 7,341 -204 -2.70%

 

SMI 6,475 -42 -0.66%

 

 

 

Asia Dow 2,719 +10 +0.36%

 

Nikkei 225 9,131 -1- 0.01%

 

Hang Seng 20,050 +162 +0.81%

 

Shanghai2, 105 -3 -0.14%

 

 

 

Ce matin en Asie il y a boire et à manger. Le Nikkei est en hausse, surfant sur la vague des minutes du FOMC meeting (on ne va pas revenir dessus), mais également grâce au comportement de sa monnaie qui lui donne un coup de main. En revanche les chiffres du Chinese Manufacturing viennent de sortir et ça va de mal en pis. La production des usines chinoises est en ralentissement, toujours, et pire qu'en juillet. C'est d'ailleurs le pire résultat depuis 9 mois. C'est pas bon et le gap entre la Chine et les USA (cf graphique d'hier) n'est toujours pas en train de se combler.

 

 

 

Après la clôture HP annonçait ses chiffres. Je vous rappelle qu'après ceux de DELL la veille, on s'attendait au pire. Et le truc qui est bien quand on s'attend au pire, c'est que l'on ne peut qu'être surpris en bien. Alors détrompez-vous, les chiffres de Hewlett ne sont pas euphorisant, mais compte tenu de la gueule de ceux de DELL, on peut s'estimer content en vertu de l'application de la théorie du « moins pire ». Et même si le monde du PC n'est rose pour personne, HP semble un tout petit peu moins mal que DELL. Après la clôture, le titre rebondissait de 1.5%, ce qui reste peu par rapport à la claque que le titre s'est pris intra-séance, puisque l'effet DELL lui aura tout de même coûté 5.35%.

 

 

 

Et puis c'est la fin du mois d'août, les nuits se raccourcissent mais c'est aussi la saison des « hurricanes » qui commence. En ce moment c'est « Isaac » qui occupe l'esprit de tous les traders « commos », c'est le premier de la saison et on n'a pas fini d'en entendre parler. Comme chaque année, on va se concentrer sur le sujet sachant qu'il y aura un impact non négligeable sur le secteur pétrolier, surtout en ce qui concerne ceux qui forent dans le Golfe du Mexique.

 

 

 

Article intéressant dans sur Bloomberg ce matin. Le site fait le point sur la société Abercrombie. Dans les 12 derniers mois elle a perdu 30% de sa valeur, alors que la compagnie blâme l'économie pour le ralentissement des ventes, l'auteur de l'article pense que la vérité est ailleurs. On ne peut pas indéfiniment réinventer le sweat-shirt et payer 150$ pour acheter un pull et se faire prendre en photo avec un mec qui a des abdos que l'on aura jamais, c'est peut-être un peu court comme business model, ça peut tenir quelques années, mais après ??? En gros A&F doit se repenser et vite, au risque de perdre de sa « cool attitude » et sa place dans les portefeuilles. Moi je commencerais par mettre de la lumière dans leurs magasins, baisser la musique et virer les mecs à l'entrée, c'est pas sympa pour qui ont arrêter de faire des abdos à la sortie de l'école enfantine.

 

 

 

Le nouveau CEO de Best Buy a signé un package financier qui lui garanti 32 millions de $. Encore une fois, un bel exemple de n'importe quoi puisque ça représente 2 fois et demi ce que Best Buy a gagné lors du dernier trimestre. Définitivement rien ne change en ce bas monde.

 

 

 

Ce matin les futures sont orientés à la hausse, probablement parce que l'on est optimiste sur le fait que la FED pourrait éventuellement peut-être faire quelque chose pour l'économie, un jour, peut-être. On est en hausse de 0.3%, pas de quoi non plus envisager le break-out cette après-midi, mais peut-être suffisamment pour que l'Europe regagne un peu du terrain perdu hier, sauf si Merkel vire le Premier Grec de son bureau d'ici ce soir.

 

 

 

117237_600.jpg

 

 

 

En attendant nous aurons les chiffres des Jobless Claims, du PMI Manufacturing version US ; les New Homes Sales, le FHFA House Price, Fed Balance Sheet et Money Supply. Sans compter les chiffres du gaz.

 

 

 

Voilà, pas grand-chose de plus à raconter ce matin, mais je ne désespère par de trouver un truc de plus à dire demain matin. On se retrouve donc vendredi à la première heure.

 

 

 

Excellente journée que votre Nespresso soit chaud et que votre ventilateur fonctionne.

 

 

 

A demain

 

 

 

Morningbull

 

 

 

"Mitt Romney says he's never paid less than 13% in taxes, which I think is fair because only 13% of his money is in this country." –Jay Leno

 

 

 

Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :

 

 

 

morningbull@morningbull.ch

 

 

 

Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j'essaye de garder la page active durant la journée) : https://www.facebook.com/morningbull

 

 

 

Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll

 

 

 

Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet


PDF : morningbull today.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06:31 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Si un trader ne peut pas gérer deux infos en même temps, engagez en masse des femmes qui ont, elles, ces capacités.
Et, qui sait, le monde dela finance en serait que plus désirable.

Écrit par : Gérard | jeudi, 23 août 2012

Suis pas trader, suis pas financier, suis pas économiste…donc je ne comprends pas et j’ai une question :

1 ) L’économie est une science (généralement incomprise par le plus grand nombre ceux qui ne sont pas : prof d’éco, chef économiste, trader, patrons, dirigeants …Bref tout ceux à qui on explique que…le pognon pour vous….ça va pas être possible, y comprennent pas ceux là…)

2 ) Donc elle obéit à des règles mathématiques ! Qui s’expriment dans : productivité, déficits, taux, balance commerciale ou des paiements….

3 ) Donc pour retrouver les bons chiffres (en verts) associés aux notion précédentes, il faut : reformer, adapter, évoluer, améliorer, progresser, travailler….Et c’est difficile.

L’économie dit « les chiffres sont là, la route est longue et difficile »

Ok

Mais visiblement il y a une autre possibilité parallèle, que Monsieur Draghi ou Bernanke, prennent une décision !!!! Oui simplement une décision, de deux mecs….Et ça va beaucoup mieux.

En général cette décision est toujours la même, imprimer l’argent qui manquait dans les cases évoqués ci-dessus.

Question :

Soit l’économie est une science et elle ne peut accepter que ses règles soient contournées par l’impression massive de fausse monnaie (mais la vraie existe-t-elle seulement ?), soit il suffit que les « bonnes décisions » soient prises par les banquiers centraux….et dans ce cas pourquoi on s’emmer…. ?

Soit tout ça n'est qu'un système de croyance. Une religion. Pas une science.

Bon je crois que je vais racheter de l’or moi…ça me fait de la peine de revenir à la préhistoire..mais c’est plus simple à stocker que le pétrole, le cuivre, l’acier, le riz….

Écrit par : golduche | vendredi, 24 août 2012

Un plaisir de vous revoir en pleine forme. Concernant votre régime, serait-ce parce que vous avez trop manger de sugus durant ces vacances bien méritées?

Écrit par : Pierre | samedi, 25 août 2012

Les commentaires sont fermés.