mercredi, 06 juin 2012

En attendant le PLAN, l'hyper plan, le plan qui se déroulera sans accroc

112918_600.jpg

 

 

Si l'on en croit les articles de presse de cette nuit, le marché terminait ENFIN en hausse à cause des chiffres de l'ISM qui étaient un peu meilleurs que les attentes hier soir. Mais ne nous leurrons, ce n'est absolument pas le cas. La réalité en est tout autre. Il est vrai que l'on ne peut pas nier le fait que ça fait toujours plaisir quand les données économiques montrent que les économistes ont été trop timorés, mais depuis quelques jours on ne parle que d'une chose dans les couloirs du marché, c'est la probabilité imminente que « quelque chose » va se passer.

 

Si l'on fait un petit bilan rapide, il se trouve que lorsque vous sondez votre entourage, personne n'est « dans le marché », beaucoup sont sur le bord du terrain attendant le moment propice pour rentrer et participer à la partie. Comprenez que bien des investisseurs sont « sous-exposés » en actions, « sous-exposés » en tout d'ailleurs, puisque la plupart d'entre-nous sont épuisés de se faire balader dans tous les sens sans trop savoir à quelle sauce ils vont être bouffé pour la fin de la journée.

 

Comme ils se trouve que très peu de monde est investi, c'est tout autant de munition qui ne viendront pas s'ajouter aux « vendeurs » le jour où. Ensuite, à moins d'être parti remonter le fleuve Amazone à la nage depuis 18 mois, vous savez forcément que le monde est au bord du gouffre et que l'on sait tous pertinemment que si on le laisse faire tout seul, il va droit dans le mur.

 

La Grèce est virtuellement cuite et en faillite et même si tout le monde le sait, si on venait à nous l'annoncer officiellement, ainsi que son retrait définitif de l'Euro et de l'Europe, cela ne ferait plaisir à personne. PERSONNE n'a donc intérêt à voir ce scénario se réaliser. L'Espagne n'est guère en meilleur état avec, en plus, le fait que c'est bien plus gros et que, si cette dernière suivait la Grèce à la casse, en plus elle déclencherait l'effet domino qui entraînerait l'Italie, le Portugal et tutti quanti avec elle. Nous le savons tous, ces scénarios sont à la une de la plupart des journaux mondiaux depuis maintenant près de 18 mois.

 

Et après dix-huit mois de tergiversation, de plan de sauvetage, de discussions endiablées sur le pourquoi du comment du pourquoi du comment et de ce qu'il faut en faire, l'économie Européenne est exsangue, l'emploi est au plus mal et la croissance n'est qu'un mot du dictionnaire que l'on n'a plus mis en pratique depuis longtemps. En gros nous sommes dans la merde et on ne peut pas laisser l'Economie tenter de faire de l'automédication toute seule, sinon cette fois on va au tapis pour le compte.

 

Pas besoin d'avoir fait « Econométrie appliquée  et tarots magiques » pour voir que ça ne peut pas durer comme ça.

 

La situation actuelle est donc la suivante : Soit nous laissons les choses continuer telles qu'elles sont. Les grecs continuent d'emprunter à des taux d'usuriers, l'Espagne continue à vivre avec un crédit à un taux GE Money Bank et se lève tous les matins en disant : « tout va bien, tout va aller bien, on y croit, gogogogogo » en priant que ça passe encore un jour de plus, jusqu'au jour où tout va exploser et que tout le monde va partir à la casse avec l'Espagne, l'Euro y compris et surtout tout le boulot fourni par les allemands. Et puis une fois que l'Europe sera au sol, tentant de renaître de ses cendres on se rendra compte qu'elle a emmené les USA avec elle et que, finalement ça n'arrange que moyennement les chinois et les russes.

 

112874_600.jpgOu alors, les « grands de ce monde » se bougent les fesses et mettent un plan en place, un plan dont eux seuls ont le secret, un plan dont on ne veut même pas savoir d'où vient l'argent, un plan qui ressemble à ce plan qui avait sauver les USA après le capotage de Lehman. Un plan dont personne ne comprends vraiment les tenants et les aboutissants, mais un plan qui nous permet de stimuler l'économie, recapitaliser les banques (et leur demander poliment d'arrêter de faire des conneries tous les 3 jours – n'est-ce pas JP Morgan?), bref un plan miracle qui va tout régler.

 

Car aujourd'hui l'investisseur moyen et pas moyen se fout totalement de savoir comment on va s'en sortir, il est arrivé à un tel stade de raz-le-bol qu'il attend simplement un signe des tous les Gouvernements du monde, un signe qui dit qu'ils vont tous se donner la main et que tout va aller très bien car on va injecter tellement de pognon dans l'économie que la machine va repartir de plus belle et que dans 12 mois on va pouvoir se goinfrer à nouveau comme avant et peut-être refaire les mêmes conneries qu'avant, mais au moins on sera sorti de CETTE GONFLE là..

 

Pour faire simple, le marché se fout totalement des chiffres de l'ISM, il spécule et attend simplement une opération conjointe du monde. Un peu comme dans le film Indépendance Day quand tous les humains s'unissent pour sauver la terre des méchants extra-terrestres, eh ben là on attend le discours de l'union des pays du monde contre la méchante crise de la dette souveraine. Et la probabilité d'une telle intervention enfle de plus en plus.

 

Reste à savoir quand. Hier les membres du G7 se sont parlé au téléphone et on décidé qu'il était urgent d'intervenir et qu'ils veulent agir vite. En même temps ça fait 18 mois que l'on ne parle QUE de ça, ça fait extrêmement plaisir de voir que maintenant ça va aller vite. Reste à déterminer le calibrage du mot « vite » pour ces éminents politiciens, parce que nous n'avons plus dix-huit mois à vivre.

 

Néanmoins cette conférence téléphonique laisse supposer que ça bouge dans les milieux autorisés. Il est improbable qu'un coup de théâtre se produise lors du meeting de la BCE de ce jeudi, certains pense que cela pourrait venir lors du FOMC de la semaine prochaine ou alors carrément lors du prochain sommet de l'Europe à la fin du mois. Une chose est quasi-certaine, c'est que SI il se passe quelque chose, ça peut venir d'un jour à l'autre, d'une heure à l'autre. Autant dire que ces prochaines semaines, il faudra éviter de se faire choper les pantalons sur les chevilles avec des positions « short » pour jouer la baisse plein les poches. Je crois que même si la photo instantanée du moment est immonde, les traders sont en train de peser le pour et le contre, mais le risque de rester short reste un peu trop élevé. Surtout si l'on nous annonce une opération miracle du type Q3 au carré, mais hyper-vitaminé et version mondiale, le rebond qui pourrait s'ensuivre serait dévastateur.

 

112893_600.jpgEn gros, si le marché monte c'est surtout parce que l'éventualité d'un tel évènement prend de plus en plus d'importance jour après jour, la rumeur enfle, la rumeur devient de plus en plus récurrente et il est vrai qu'en même temps c'est une bouée de sauvetage, puisque l'on ne sait pas comment on va s'en sortir sinon. Car il est vrai que l'on puisse également imaginer qu'il n'y ait pas de concertation, pas d'intervention et que nous nous contentions de laisser le marché « faire tout seul », mais dans ce cas, force est de constater, que ça va être plus difficile...

 

Tout le monde est dans les starting-blocks et même si les rapports hyper-négatifs continuent de foisonner sur le net – en moyenne deux par jour qui nous disent que c'est foutu et qu'il faut partir en Ardèche cultiver de la marijuana et fumer du fromage de chèvre – plus personne n'ose jouer trop la baisse, d'abord parce qu'ils n'ont plus rien à vendre et ensuite parce que ceux qui peuvent aller « short » ont le trouillomètre à zéro et sont terrorisés de se prendre un hyper-rally dans la tête ces jours prochains.

 

Car si il y a une chose que j'ai appris à l'école de la bourse et des claques dans la gueule, c'est que quand vous êtes «long » et que le marché baisse, vous perdez de l'argent, c'est normal et ce n'est pas facile à vivre, mais c'est normal. Mais en revanche, quand vous êtes « short » et le marché monte, ça c'est insupportable à vivre !!! Enfin, tout ça pour vous dire que nous sommes en mode ATTENTE. Il ne se passe pas grand-chose au niveau des titres individuels et tout le monde suit les indices en attendant de voir ce qui se passe. On surveille les banques du coin de l'oeil, car c'est les première qui démarreront, on a l'autre oeil qui est sur la tech et puis pour protéger un peu tout ça, on se met short Facebook puisque c'est visiblement le seul titre qui ne fait que baisser et qui ne montera jamais même si le marché reprend 20%.

 

C'est le seul titre dont on parle. Il va probablement recevoir prochainement le titre de « plus grosse daube du marché », vendredi nous en serons à sa dixième séance de trading et à ce rythme-là, il n'y aura eu qu'une seule en hausse, et encore c'était probablement une erreur. Hier soir le titre a terminé sous les 26$ au bas de puis la mise en bourse et bien loin des 38$ de prix d'émission. Ce truc est définitivement un cadavre et je ne serais même pas étonné de le voir à 15 d'ici cet été. Ce qui nous laisse un peu de temps, sachant que l'été a été officiellement repoussé en Suisse, pour cause de crise. Normalement il devrait à nouveau faire chaud autour du mois d'octobre, entre le 12 et le 14.

 

Pour résumer la séance d'hier ; Facebook est une daube et on attend une intervention internationale concertée. Je dois dire que personnellement, je trouve que ce mercredi 6 juin, jour anniversaire du débarquement sur le plages de Normandie, serait une belle journée pour intervenir massivement sur les marchés et pour forcer les allemands à venir aux Eurobonds.

 

En attendant de tout vendre en cas d'intervention des banques centrales, l'or continue d'être la valeur qui soulage, la valeur qui vous permet de vous sentir en sécurité au cas où, l'or est à l'investisseur ce que le Winnie Pooh en peluche est à ma fille, un « doudou » qui rassure quand ça va pas, un truc qui vous permet de vous endormir quand même quand toi, ami investisseur, tu est triste et angoissé. Du coup ça monte, parce qu'en ce moment on a besoin de se sentir rassuré, surtout quand il n'y a plus de Kinder Bueno dans la machine à distribuer du bonheur et du chocolat en grosse quantité. Ce matin l'once est à 1627$.

 

112922_600.jpgLe pétrole remonte. On ne sait pas trop pourquoi, mais sûrement parce qu'il avait trop baissé et que le dollar va dans le bon sens. Ça va donner l'occasion aux station service de répercuter la hausse du baril sur mon plein d'essence. Le baril est à 84.78$, bien loin des 150$ et ce soir il y aura les chiffres des inventaires. Toujours un bon moment de franche rigolade, il paraît que ce soir les analystes vont tenter le grand-chelem, à savoir être « à côté des attentes pour la 500ème fois de suite ».

 

Dow 12,128 +26 +0.22%

Nasdaq 2,778 +18 +0.66%

S&P 500 1,286 +7 +0.57%

 

FTSE 100 5,260 -61 -1.14%

CAC 40 2,986 +32 +1.07%

DAX 5,969 -9 -0.15%

FTSE MIB 12,974 +82 +0.63%

IBEX 35 6,268 +28 +0.45%

SMI 5714 +1 +0.02%

 

Nikkei 8492 +110 +1.31%

Hong Kong 18421 +162 +0.89%

Shanghai 2424 +2 +0.08%

Sydney 4100 +8 +0.20%

 

Un jour après que la banque centrale australienne ait coupé les taux, le GDP Australien est sort nettement, mais alors nettement en-dessus des attentes des économistes, sur les trois premiers mois de l'année, les stars de l'analyses, les visionnaires de la finance, avaient parié sur une croissance du GDP de l'ordre de 0.7%. Il es sorti à 1.3%. C'est à se demander comment on peut être faux à ce point et qu'ont-ils bien pu rater. Globalement l'Asie est dans le vert et la théorie expliquée plus haut s'applique également ici.

 

112878_600.jpgDans les nouvelles du jour, on va commencer avec JP Morgan, ça faisait tout de même quelques temps que nous n'avions plus trop parlé de la perte sur les CDS. Selon un dernier rapport qui vient de sortir chez un concurrent de JP Morgan, la perte pourrait atteindre 4.2 milliards de dollars. Même pas de quoi sauver la Grèce. On ne sait pas trop comment ils arrivent à ce chiffre, mais c'est celui qui court. Je dois dire que jusqu'à la semaine passée, les CDS étaient un grand mystère, depuis le séminaire auquel j'ai assisté jeudi, je suis passé de grand mystère à « déprimant-au-possible ». Toujours dans le cadre de l'affaire de la baleine JP Morgan, les autorités continuent leur enquête et cette on parle du fait que les autorités pourraient demander aux managers de JP Morgan concernés par la perte, de rendre leurs bonus. Sur ce coup-là, peu importe l'erreur ou le problème, ou même la taille du bonus en question, commencer à aller sanctionner dans le passé les erreurs du présent, ça devient juste du grand n'importe quoi. Il est vrai que les autorités américaines nous ont récemment habitué à un niveau de connerie hors du commun, mais on est gentiment en train de rentrer dans la quatrième dimension...

 

A propos de ce fameux hyper-super-mega-plan de sauvetade dont je vous parlais plus haut, il semblerait que selon des sources «sûre », le QE3 serait sur la table et qu'il n'y aurait plus qu'à l'approuver, l'affranchir et le mettre à la poste pour que Bernanke le mette en fonction. C'est le Wall Street qui l'annonce. Reste à savoir si c'est pour booster uniquement les USA et qu'ils vont la jouer perso, ou est-ce que cela fait partie d'un schéma global ? Y a intérêt que ça soit global sinon ça risque d'être interprété comme «gagne-petit ». On va donc remettre le « plan » sur la table aujourd'hui encore et pour être franc, j'ai le sentiment que ça va durer encore.

 

Moody's a downgradé des banques allemandes, mais Deutsche Bank s'en sort blanc comme neige. A ce propos, la semaine passée j'ai assisté à une conférence de S&P sur leur travail d'agence de rating. Au début je voulais écrire un blog juste sur le sujet, mais en fait c'était tellement nullissime comme conférence, que j'ai renoncé. C'est officiel, ils ne servent à rien.

 

Ce matin Bloomberg publie un article sur les CEO's du monde de la finance :

 

http://www.bloomberg.com/news/2012-06-05/wall-street-ceo-...

 

C'est étonnant de voir que globalement les revenus on augmenté de 20%, pourtant 2011 ne fût pas ce que l'on peut considérer de mémorable. Les deux leaders des la liste sont les patrons de KKR avec 30 millions annuel chacun plus ou moins. Vikram Pandit, le CEO de Citigroup a été nommé comme le CEO qui a créé le moins de valeur pour les actionnaires par rapport à ce qu'il gagne. C'est Warren Buffet le CEO qui aura créé le plus de valeur pour les actionnaires en proportion. Jamie Dimon est le CEO « bancaire » le mieux payé, 23 millions. Il est probable que la chasse à la baleine va lui valoir une baisse considérable de ses revenus fin 2012, mais je pense que nous n'aurons pas besoin de monter un fonds de soutien pour l'aider.

 

En tous les cas, quand on voit ce qu'on voit dans le monde de la finance, de la banque et de l'investissement, et que ces « soi-disant » managers continuent d'aligner des montants pareil, ça peut fâcher.

 

Ce matin les futures américains sont en hausse de 0.5%, comme si on sentait qu'il allait se passer un truc. L'opération « Overlord » a peut-être déjà commencé et les montagnes de billets, des dollars, des euros, des francs suisses, des drachmes.. non pas des drachmes...sont déjà en train d'approcher des côtes de l'Europe prêt à stimuler l'économie et la remettre sur le chemin de la croissance éternelle. Amen. (non je déconne pour le Amen).. En ce qui concerne les chiffres économiques, nous aurons les MBA Purchase Applications, les Productivity & Costs, les chiffres du pétrole, le Beige Book et l'annonce secrète d'un plan de sauvetage miraculeux que même Hannibal Smith il y aurait pas pensé. Pour ce dernier ça reste de l'utopie, mais on peut rêver sur le sujet, de toute façon il ne nous reste plus que ça, rêver, ou faire pousser des chèvres.

 

Et puis au cas où : http://www.dukascopy.com/tv/#77688

 

En ce qui me concerne, je vous retrouve demain, dans l'hypothèse où j'arrive à me lever car j'avoue que je dormirais bien 24 heures de suite si c'était possible. Je vous souhaite néanmoins une bonne injection de caféine pour ce matin et je vous dit : A DEMAIN !!!

 

Morningbull

 

"Unemployment is still looking pretty bad. In fact, the White House has a new slogan on job creation: 'Hope and change the subject.'" Jay Leno

Pour ceux qui ne reçoivent pas les updates de ce blog par mail, vous pouvez vous inscrire sur la liste de distribution en envoyant un mail à :

 

morningbull@morningbull.ch

 

Vous pouvez également me trouver sur Facebook (j'essaye de garder la page active durant la journée) :

 

https://www.facebook.com/morningbull

 

Ou sur Twitter : http://twitter.com/#!/Morningbulll

 

Ou sur LinkedIn et Google + sous Thomas Veillet

PDF .: morningbull today.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

06:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.